Journée de mobilisation pour les taxis et VTC ce mercredi

DirectLCI
TRANSPORTS - La proposition de loi du député PS Laurent Grandguillaume visant à "pacifier" les relations entre taxis et VTC sera débattue au Sénat ce mercredi 2 novembre. L'AMT (Alternative mobilité transport) a appelé ses adhérents à manifester dans les grandes villes de France contre le texte. L'association des VTC de France appelle quant à elle à se mobiliser en faveur.

"Pacifier" les relations entre taxis et VTC (Voiture de tourisme avec Chauffeur). Telle est l'ambition du texte préparé par le député PS Laurent Grandguillaume voté en première lecture à l’Assemblée nationale en juillet dernier, et qui sera débattu en séance plénière au Sénat, ce mercredi 2 novembre. Le texte prévoit notamment d'interdire aux plateformes d'imposer des clauses d'exclusivité aux chauffeurs ou des quotas de courses minimum, afin qu'ils puissent faire jouer la concurrence.


Autre point d'achoppement avec les plateformes, la question d'un examen unique pour les taxis et les VTC et son organisation, confiée aux Chambres des Métiers et d'Artisanat. Les applications comme Chauffeur-Privé ou Uber affirment que l'examen deviendrait "trop difficile" et craignent que l'accès au métier de chauffeur soit désormais contrôlé par un organisme où les taxis sont les plus représentés.

Vent debout contre le texte, l'AMT (Alternative mobilité transport), association qui revendique 170 entreprises adhérentes soit 1500 chauffeurs, appelle ces derniers à venir manifester ce mercredi 2 novembre dans les grandes villes de France. A Paris, le rassemblement est prévu dès 8h, rue du Départ, près de la gare Montparnasse. L'organisation soutient dans un communiqué que la proposition de loi "met en péril les milliers d'emplois générés par le secteur d'activité et menace la survie des entreprises". 


Mais parmi les VTC, certains veulent aussi limiter la précarité au sein de leur profession. Aussi l'association des VTC de France appelle les syndicats de Taxis, VTC et Loti à venir défendre la proposition de loi. "Nous luttons contre l’ubérisation de la société et la paupérisation des chauffeurs qu’ils soient TAXIS, VTC ou LOTI" explique l'association sur son site.  Pour l'heure, il reste difficile de juger le degré de mobilisation de chaque camp. De plus, chaque acteur a conscience qu'une grève chez les uns pourrait profiter à ceux qui ne la font pas...

En vidéo

Pour contrer les VTC, les taxis se mettent aux applis : mode d'emploi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter