Pourquoi on s'embrasse ? C'est une longue histoire...

Pourquoi on s'embrasse ? C'est une longue histoire...

DirectLCI
DÉCRYPTAGE - À l’occasion de la "Journée internationale du baiser", qui a lieu ce jeudi 6 juillet, LCI s’est posé une question simple, qui nous fait remonter aux origines de l’humanité : pourquoi nous embrassons-nous ? Derrière cette pratique datant de plusieurs millénaires, mais loin d'être universelle, on trouve bon nombre d'explications, allant de la chimie aux grandes conquêtes historiques.

On estime qu'un millilitre de salive contient environ 100 millions de bactéries. Cela n'empêche pourtant pas les Hommes, avec un grand H, de s'embrasser depuis la nuit des temps, ou presque. À l'occasion de la "Journée internationale du baiser", qui a lieu ce jeudi 6 juillet, LCI remonte aux origines de ce geste d'attachement que l'on pourrait croire universel et qui n'a pas toujours été si populaire.

Sociales, chimiques ou sentimentales, les raisons pour lesquelles nous nous embrassons ont fait l'objet de nombreuses recherches. L'une d'entre elles, publiée en 2015 dans la revue American Anthropologist, estime que seulement 46% des cultures humaines donnent au baiser sur les lèvres un sens romantique ou sexuel (attention : 46% des cultures ne signifie pas 46% de la population). De quoi contredire bon nombre d'anthropologues qui considéraient le baiser comme un signe universel d'affection.


D'ailleurs, hommes ou femmes, le baiser ne semble pas avoir la même signification. C'est ce qu'a conclu la biologiste Sheril Kirshenbaum, de l'Université du Texas, après de nombreux travaux sur le sens du baiser. Les hommes auraient ainsi plus tendance à considérer le baiser comme un moyen d'accéder à une fin, alors que les femmes semblent donner plus d'importance au geste en lui-même.

Des inscriptions hindoues vieilles de 3500 ans

Sheril Kirshenbaum remonte l'histoire fascinante du baiser dans plusieurs ouvrages et articles. Elle raconte comment, à la fin du XIXe siècle, le baiser était encore inconnu en Polynésie, à Madagascar ou dans certaines tribus africaines. Avec d'autres historiens du bisou, elle fait remonter cette pratique à environ 1500 av. JC dans ce qui est aujourd'hui l'Inde. Des inscriptions hindoues de cette époque évoquent en effet des personnes qui se "reniflent" avec la bouche, rapporte l'anthropologue Vaughn Bryant. Plus tard, d'autres textes hindous décrivent des amants qui "posent leur bouche l'un contre l'autre". 


D'autres recherches nous emmènent au VIIe siècle av. JC dans l'ancienne Babylone. Des archéologues ont ainsi trouvé des tables de pierre sur lesquelles figurent l'histoire de Enuma Elish, dans laquelle des personnages mythologiques s'embrassent en signe de salutation ou de supplication. Dans les récits d'Hérodote, les Perses du Ve siècle s'embrassent également, mais seulement entre personnes du même statut social, ceux d'un rang inférieur devant se contenter d'embrasser les pieds de leurs maîtres. L'Ancien testament lui-même associe le baiser à l'amour : "Qu'il me baise des baisers de sa bouche ! Car ton amour vaut mieux que le vin", lit-on dans le Cantique de Salomon

Alexandre Le Grand, l'importateur du bisou en Occident ?

Le baiser trouve donc son origine plusieurs millénaires derrière nous, où déjà il est associé à un signe d'affection. Mais il faut attendre 300 av. JC et la campagne d'Alexandre Le Grand en Inde pour que le baiser voyage jusqu'en Occident, explique le psychiatre Neel Burton. Il s'étendra ensuite à toute l'Europe avec les conquêtes romaines. La chute de Rome, au Ve siècle, aura raison de cette pratique pendant quelques temps. Mais le baiser revient sous diverses formes au Moyen-Âge, où il devient un signe de révérence envers une autorité supérieure. S'embrasser (sur la bouche) est également une marque d'amitié entre chevaliers, explique Yannick Carré dans son livre Le baiser sur la bouche au Moyen-âge. Tout comme dormir dans le même lit.


La suite est plus connue : après le Moyen-Âge, le baiser devient le signe d'amour par excellence. En témoigne le dernier baiser de Roméo et Juliette, écrit par Shakespeare en 1597. La pratique s'est ensuite répandue progressivement à travers le globe au fil des découvertes, du commerce et des moyens de communication.

C'est aussi de la chimie

Fin de l'histoire ? Pas encore. Si au cours des siècles, l'Homme s'est donc embrassé pour bien des raisons, on peut encore se demander pourquoi ce geste là a été choisi en particulier. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'y a pas que les humains qui l'ont adopté. Les grands singes, comme le bonobo, peuvent ainsi s'embrasser pour exprimer de l'affection ou de l'excitation. Les chiens ou les chats peuvent quant à eux se frotter le nez les uns aux autres, et même les insectes communiquent en se touchant les antennes.

Un effet coupe-faim

Pour certains scientifiques, ces "baisers" peuvent rappeler à certaines espèces le moment où elles ont reçu de la nourriture pré-machée de la bouche de leurs parents. De quoi associer le contact des lèvres avec une émotion positive. Comment fonctionne cette "émotion positive" ? Par la chimie, comme l'explique la psychologue Wendy Hill. Un baiser ferait baisser le taux de cortisol, l'hormone du stress, et monter le taux d'ocytocine, l'hormone qui agit sur le sentiment de confiance. 

En vidéo

Journée internationale du baiser : en Estonie et en France, le baiser n'a pas la même signification

Embrasser libère également de la dopamine, un neurotransmetteur qui active le désir et est associé à la récompense. La dopamine peut, parfois, empêcher de trouver le sommeil et couper la sensation de faim... Les symptomes du coup de foudre, en somme.

Plus d'articles

Sur le même sujet