Journée mondiale de la météo : les prévisions sont-elles fiables ?

Société
DirectLCI
ILS AVAIENT PAS PRÉVU DU SOLEIL ? - C'était il y a 68 ans : le 23 mars 1950, l'Organisation Météorologique Mondiale était créée dans le but d'élaborer des normes climatiques et d'échanger les mesures météorologiques à l'échelle mondiale. Depuis, l'OMM a institué la Journée mondiale de la météorologie chaque 23 mars. L'occasion de se poser une question (simple) : les prévisions météo sont-elles fiables ?

A 24h, une prévision fiable à 90%

Un pique-nique raté à cause d'une averse, une baignade écourtée face à l'arrivée d'un orage... Les exemples vécus au moins une fois par chacun d'entre nous ne manquent pas. De là à dire que « la météo se trompe tout le temps...  Et pourtant, les météorologues sont unanimes : la météo est de plus en plus fiable ! A 24 heures, la fiabilité atteint 90% en moyenne, avec des différences malgré tout. « La prévision établie aujourd’hui à 5 jours correspond à celle que l’on pouvait faire sur 3 jours il y a une vingtaine d’années, on a ainsi gagné deux jours de prévisions depuis la fin des années 1990 » explique Emmanuel Demaël, prévisionniste à Météo-France. La résolution des modèles numériques (de plus de 100 km il y a 20 ans à moins de 5 km en moyenne aujourd’hui) et la densification du réseau d’observations expliquent ces progrès, même si « certains phénomènes rendent la prévision plus difficile à établir », tempère Emmanuel Demaël. C’est notamment le cas lors des orages en été, des giboulées au printemps ou encore des brouillards en hiver. « De nets progrès ont été faits », confirme le météorologue » même si la prévision reste encore perfectible. 

Plus c'est loin, plus c'est incertain...

Si à court terme, les prévisions se sont nettement améliorées, le constat n'est pas tout à fait le même au sujet de la prévision à plus long terme. "Au-delà de cinq jours, on parle plutôt d'une tendance avec une notion de risques tels des chutes de neige ou des orages qui sont affinés au fur et à mesure que l'échéance approche", explique Emmanuel Demaël, "mais la fiabilité décroît de jour en jour" ajoute-t-il avec des sources qui divergent et des scénarios qui se multiplient, rendant alors la prévision plus aléatoire. Aujourd'hui, les prévisionnistes établissent des tendances météo allant jusqu'à 10 jours contre 5 jours il y a une vingtaine d'années. 

Que penser des prévisions saisonnières ?

Au-delà des prévisions « classiques », depuis quelques années, des prévisions dites "saisonnières" sont élaborées, jusqu'à plusieurs mois à l'avance. Si elles peuvent prêter à sourire, elles sont pourtant très sérieuses. Avec elles, ne vous attendez pas à connaître la température du 15 août sur les plages de Biscarrosse ou de La Rochelle 6 mois à l'avance, mais elles permettent de prévoir la moyenne de paramètres météorologiques (température, précipitations) à l'échelle d'une zone comme l'Europe de l'Ouest. Ainsi, selon elles, l'été 2018 pourrait être "plus chaud" et "plus sec" que la normale sur le Vieux Continent, et donc potentiellement en France. "Si la fiabilité ne dépasse pas 60% aujourd'hui" selon Météo-France, elles peuvent néanmoins s'avérer utiles dans certains domaines d'activités tels que le tourisme, l'agriculture ou encore l'énergie.

Des sources plus fiables que d'autres

Avec des prévisions météo qui progressent, les sources se multiplient également... Si dans les années 1990, il faut attendre les journaux de 13h et de 20h pour découvrir le temps qu'il fera le lendemain, la météo nous accompagne désormais partout. Dès 1995, une chaîne spécialement dédiée à la météo voit le jour sur le câble et le satellite, puis arrive internet avec la création des sites spécialisés. Dernière nouveauté il y a quelques années : le développement des smartphones et la naissance des applications météo qui depuis, ont été téléchargées des millions de fois... 


Mais quelle est la plus fiable ? Pour le savoir, nous avons sélectionné 4 applications gratuites parmi les plus téléchargées : Météo-France (organisme public), La Chaîne Météo, Accuweather (application par défaut dans les smartphones Samsung) et The Weather Channel (application par défaut dans les iPhone). Mardi, jour du printemps, nous avons réalisé des captures d'écran de chaque application sur la prévision de Paris pour le jour-même et pour une semaine après, soit le mardi 27 mars. Résultat (cf ci-dessous) : des prévisions très proches pour l'après-midi du mardi qui a vu le thermomètre afficher 7°C vers 15h avec une alternance de nuages et d’éclaircies (la prévision de Météo-France était la plus proche). En revanche, elles sont très différentes pour le mardi 27 de la pluie pour une application, un ciel variable pour une autre et un risque d’averses pour les deux dernières… A cette échéance, les scénarios divergent et il devient donc difficile d’avoir une idée du temps qu’il fera.

Notre constat vient ainsi confirmer l'analyse des météorologues : la météo est fiable à court terme (à quelques jours d'échéances), hors situation météo exceptionnelle liée à des intempéries notamment. Au-delà, il s'agit d'une tendance qui peut néanmoins donner une idée assez précise du type de temps qu'il va faire (anticyclonique, perturbé...) et de l'évolution des températures (baisse ou hausse des valeurs, retour de la fraîcheur, maintien de la douceur...). Bref, une chose est sûre : la météo n'a pas fini de faire parler d'elle !

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Météo des neiges

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter