L'empathie, c'est aussi un peu inscrit dans nos gènes

L'empathie, c'est aussi un peu inscrit dans nos gènes

DirectLCI
RECHERCHE - Des chercheurs britanniques et français ont démontré que l'empathie est principalement liée à notre vécu, mais est aussi inscrite dans les gènes de l'homme. Une découverte qui pourrait aider la recherche dans la compréhension de l'autisme.

L'empathie, capacité à comprendre et faire attention aux sentiments d'autrui, est principalement le produit de notre vécu mais est aussi lié à nos gènes. Des chercheurs britanniques et français estiment que cette découverte est un pas de plus dans la compréhension de l'autisme : cet ensemble de troubles affecte en effet l'"empathie cognitive", à savoir la faculté à reconnaître le ressenti des autres.


"La plus grande étude génétique menée sur l'empathie, utilisant les données  de plus de 46 000 clients de la société 23andMe" (tests génétiques), selon l'Institut Pasteur qui y a contribué, et publiée lundi dans la revue Translational Psychiatry. Il n'existe pas de mesure objective de l'empathie. Mais les scientifiques se sont basés sur le "quotient d'empathie", que jauge un questionnaire mis au point en 2004 à l'université de Cambridge. Ils ont rapproché les résultats de ce questionnaire et le génome de ces  46.000 personnes, analysé à partir d'un échantillon de salive.

En vidéo

L'empathie, ça s'apprend à l'école !

Les femmes plus empathiques que les hommes

Principal résultat : "Notre empathie est en partie génétique. En effet, au moins un dixième de cette variation est associée à des facteurs génétiques", a résumé Pasteur dans un communiqué. "Individuellement chaque gène joue un petit rôle et il est donc difficile  de les identifier", précise l'un des auteurs, Thomas Bourgeron. "Deuxièmement, la nouvelle étude a confirmé que les femmes montraient en  moyenne plus d'empathie que les hommes. Cependant, cette différence n'est pas due à notre ADN", ajoute encore l'université de Cambridge. Elle s'expliquerait plutôt par "d'autres facteurs biologiques non  génétiques", hormonaux par exemple, "ou des facteurs non biologiques tels que  la socialisation, lesquels diffèrent tous deux en fonction du sexe".

Enfin, l'étude montre "que les variations génétiques associées à une plus  faible empathie le sont aussi à un risque plus élevé d'autisme", d'après Cambridge. Mettre en évidence des facteurs génétiques "nous aide à comprendre les individus comme les autistes, qui ont du mal à imaginer les sentiments et les émotions des autres. Cette difficulté à lire les émotions peut devenir aussi invalidante que n'importe quel autre handicap", a commenté l'un des principaux  auteurs, Simon Baron-Cohen. Les origines de l'autisme, qui touche une personne sur 100 environ, restent  largement à découvrir.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter