L'entraîneur Giscard Samba, accusé de viol, suspendu six mois ferme par la Fédération française d'athlétisme

L'entraîneur Giscard Samba, accusé de viol, suspendu six mois ferme par la Fédération française d'athlétisme

SOCIÉTÉ
DirectLCI
OUT - Accusé de "viol, attouchement et harcèlement sexuel", l'entraîneur Giscard Samba a été interdit de terrain et d'entraînement par la FFA pendant un an dont six mois ferme. La police judiciaire poursuit de son côté son enquête.

La justice n'a pas encore rendu son verdict dans cette affaire mais la Fédération française d'athlétisme (FFA) a porté un premier coup. Giscard Samba, qui fait l'objet d'une enquête du parquet de Créteil pour "viol, agression sexuelle et harcèlement sexuel", a été suspendu pour une durée d'un an, dont six mois ferme. Un de ses anciennes sprinteuses, aujourd'hui âgée de 21 ans, accuse notamment l'entraîneur de l'avoir violée à plusieurs reprises entre avril et juillet 2016. La police judiciaire du Val-de-Marne est chargée d'éclaircir l'affaire. 

Un comportement "dépassant la simple relation entraîneur/athlète"

La commission de discipline de la FFA a précisé à l'AFP que la sanction repose sur une enquête interne. Elle évoque le "comportement inadapté" de Giscard Samba à l'égard de la plaignante, "dépassant la simple relation entraîneur/athlète", évoquant notamment des "allusions sexuelles" et décrivant un coach qui "s'immisce pleinement dans l'intimité de l'athlète sans nécessité liée à l'entrainement". Le comportement est "susceptible d'avoir" une "influence considérable", compte tenu de sa "notoriété" et du "jeune âge" de la plaignante, "sur le plan personnel et sur le plan professionnel", selon la commission qui dit avoir reçu des témoignages qui "confirment la version" de la victime présumée.


La commission se réserve le droit de nouvelles sanctions si Giscard Samba était condamné par la justice. "C'est une première étape, et une preuve que la Fédération a bien conscience de la gravité des faits" qui sont reprochés à Samba, a réagi auprès de l'AFP l'avocat de la plaignante Me Mehanna Mouhou.

En vidéo

L'athlétisme entaché par un scandale sexuel

L’entraîneur nie les faits

L'entraîneur, âgé de 41 ans, est notamment connu pour avoir entrainé les athlètes Dimitri Bascou, médaillé de bronze aux JO 2016 sur 110 m haies, et Aurel Manga, 3e des Mondiaux indoor sur 60 m haies en mars. Ces deux hurdleurs français ont toujours soutenu leurs mentors mais d'autres athlètes ont eu des mots plus durs à l'encontre de leur entraîneur. Au micro de TF1, Anaïs Desroses avait notamment évoqué en avril dernier des "gestes déplacés" et "des humiliations répétése". 


"Il estime que les filles sont à lui, il faut qu'il ait une emprise sur elles", avançait celle qui avait quitté le club de Créteil où Giscard Samba officiait, devant le manque de réaction des dirigeants. Cindy Billaud, vice-championne d'Europe en 2014, qui avait partagé sa vie avec l'entraîneur, ne disait pas autres choses, parlant de "14 années d'humiliations et de contraintes". Passé sous ses ordres, la star du 110 m haies tricolores Pascal Martinot-Lagarde avait rapidement quitté le groupe après avoir constaté "les chemins et les biais qu'il a utilisés pour arriver à ses fins et faire les choses dégueulasses qu'il a faites".

L'entraîneur, nommé "technicien de l'année" par la FFA en 2013, était passé devant la commission de discipline de la Fédération le 15 mai dernier. Il était depuis le mois d'avril déjà suspendu à titre conservatoire de son club. Interviewé à l'époque par TF1, il avait nié en bloc et persiste aujourd'hui dans sa version des faits.

L'athlétisme entaché par une autre affaire d'agression sexuelle

L'affaire avait été révélée par une enquête du Monde. Le quotidien dénonçait dans le même temps les agissements d'un autre entraineur, Pascal Machat. L'athlète française Emma Oudiou accuse cet ancien responsable national du demi-fond chez les jeunes d'agression sexuelle. Des faits qui se seraient déroulés lors de la finale du 3000 mètres steeple des Mondiaux juniors à Eugene, aux Etats-Unis en juillet 2014. 

Dans un post Facebook, la jeune femme avait exprimé sa fierté d'avoir pu lever le voile sur l'affaire, après la publication de l'article : "Pour que les choses changent, peu d'occasions nous sont présentées. Ainsi il était hors de question que je ne participe pas à cette voix féminine qui hurle 'ça suffit!'".


Pascal Machat est visé par une enquête judiciaire du parquet de Fontainebleau, il a lui aussi été suspendu six mois ferme par la FFA mais a fait appel, niant les faits qui lui sont reprochés.   

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter