L’expérience de ce prof sur la puissance de Facebook ou Twitter est en train de faire le tour du monde

L’expérience de ce prof sur la puissance de Facebook ou Twitter est en train de faire le tour du monde

NOUVELLES TECHNOLOGIES – Pour sensibiliser ses élèves collégiens à la puissance de diffusion des réseaux sociaux et aux dérives possibles qu'elle engendre, un professeur de français, Stéphane Fantini, a publié un post sur Facebook en invitant les internautes à le partager. Trois jours plus tard, le message avait déjà été vu plus de 12 millions de fois.

Il veut sensibiliser ses élèves aux dérives des réseaux sociaux. Et il semble que le résultat va dépasser toutes ses attentes. Au point d'en être presque flippant. Jeudi dernier, un professeur de français a voulu lancer un petit test pour "évaluer la puissance" des réseaux sociaux, et les dérives possibles qu'elle engendre. 

Stéphane Fantini, qui ne précise pas dans quel établissement ni dans quelle ville il enseigne, a ainsi mis en ligne sur Facebook une photo de lui, invitant les internautes à la commenter et la partager, en indiquant leur nom et la ville où ils habitent. Objectif : à la rentrée, le 3 novembre prochain, regarder les résultats avec ses élèves, et les sensibiliser par ce biais au contrôle tout relatif des informations postées sur internet, ainsi qu'au danger de leur exploitation… 

Très rapidement, les internautes se sont pris au jeu. Les commentaires et partages ont en effet afflué et la publication a fait le tour de la France, permettant au passage de découvrir des villes méconnues : Arnouville (Val d’Oise), Hazebrouck (Nord), Ludres (Meurthe-et-Moselle), Aubiat (Puy-de-Dôme) ou, plus classique, Rennes, Brest, Nîmes, Oléron, Bourg-en-Bresse…  Le post a aussi voyagé hors des frontières : Espagne, Allemagne, Indonésie, Luxembourg, Belgique, Polynésie, Nouvelle Calédonie, Australie ou encore Japon. 

Quelques heures après le lancement de l’expérience, 700.000 personnes avaient déjà vu la publication, qui avait recueilli 40.000 réactions, commentaires et partages. Onze heures plus tard, le cap du million était dépassé. "Colossal, fulgurant !", a alors estimé Stéphane, le professeur, dans un commentaire sur la page Enjoy les réseaux sociaux créée pour l’occasion. 

"Cette expérience est d'ores et déjà un succès, et j'espère qu'elle sera retentissante dans l'esprit de mes élèves", écrit-il. "Et dire qu'elle part de cours sur le harcèlement scolaire et notamment le cyber-harcèlement : c'est édifiant ! Il est difficile de sensibiliser les jeunes aux dérapages possibles des nouvelles technologies, sans leur faire une morale contreproductive. Espérons que cette expérience aidera un peu... "

Deux jours après, le 22 octobre, 12 millions de personnes avaient été atteintes (c'est le dernier chiffre communiqué, le message comptabilisant par ailleurs à ce jour près de 235.000 partages). "J'ai du mal à suivre car les partages, réactions et commentaires sont exponentiels !", commente Stéphane dans un nouveau post. "Je suis submergé de messages : cette expérience fonctionne au-delà de mes espérances. Professeurs, parents, chercheurs, journalistes, vous êtes nombreux à me demander à utiliser cette expérience, à des fins éducatives, ou à en connaître les résultats."

Lire aussi

    "Bravo monsieur le professeur !"

    Reste qu’il est encore trop tôt pour analyser ces derniers, le professeur ayant fixé la fin de l’expérience au 3 novembre, après les vacances de la Toussaint.  "J’espère pouvoir déposer d’ici peu un compte rendu détaillé, soulignant l’aspect exponentiel de la diffusion de données sur internet", écrit-il toutefois. Mais d’ores et déjà, quel que soient les chiffres, la problématique abordée par l’expérience est  atteinte : le difficile contrôle relatif des informations postées sur internet, et le danger de leur exploitation une fois qu'elles ont échappées à leur propriétaire.

    Un geste que les internautes saluent. "Très bonne initiative de votre part pour montrer la puissance des réseaux sociaux et l'impact que peut avoir ce système si on ne contrôle pas son image et à quelle vitesse tout est diffusé", félicite Géraldine, de Tarbes. "Beau travail de responsabilisation pour vos élèves. Bravo monsieur le professeur !" "La leçon que vous allez en tirer est aussi valable pour les adultes qui partagent tout et n'importe quoi... ", souligne Christine, de Chablis (Yonne). "Bon voyage à cette photo !", souhaite Véronique.   Le cliché n'est en effet qu'au début de son périple. Où va-t-il atterrir ? Réponse le 3 novembre.

    Vidéo - Sur les réseaux sociaux, les "amis" peuvent avoir un prix :

    En vidéo

    Sur les réseaux sociaux, les "amis" peuvent avoir un prix

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    "Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

    Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

    VIDÉO - Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a essayé de s'interposer

    EN DIRECT - Covid-19 : l’Australie pourrait maintenir ses frontières fermées jusqu’à fin 2022

    Vaccination : le calendrier accélère, les dates clés pour s'y retrouver

    Lire et commenter

    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.