La Poste : l'homme qui a sauvé la vie de sa collègue frappée d'un AVC suspendu de ses fonctions

La Poste : l'homme qui a sauvé la vie de sa collègue frappée d'un AVC suspendu de ses fonctions

REPRÉSAILLES - En février dernier, une postière de Villeneuve d'Ascq faisait un AVC en plein service. Malgré son état, ses supérieurs lui avaient intimé de poursuivre sa tournée. Des secours avaient été dépêchés grâce au concours d'un autre employé qui, pour ce geste, a été mis à pied par l'entreprise.

Si Sébastien n'avait pas été là, son état aurait pu être bien plus grave. En février dernier, une employée de La Poste de Villeneuve d'Ascq, dans le Nord, faisait un AVC. Tout commence au réveil, lorsque Emeline Broequevielle ne se sent pas bien au réveil et envoie un SMS à sa supérieure "pour le prévenir" de son état. Mais son patron lui "met la pression" et lui demande de venir. Alors que son état s'empire, son collègue, syndicaliste et membre du CHSCT, insiste pour appeler les secours, malgré la mauvaise volonté apparente de la direction. 

Lire aussi

    Il faudra trois heures après l'arrivée de la jeune femme pour que le téléphone soit décroché et que les secours l'amènent à l'hôpital. Dans l'établissement, le verdict tombe :  un AVC a touché le côté droit du cerveau ainsi que le coeur d'Emeline. Sauf que l'intervienton de l'homme a déplu à la direction... qui a décidé de le suspendre de ses fonctions. 

    Mon tort, c'est d'avoir été gênant- Sébastien Carré

    "J'étais scandalisé par leur attitude, j'ai alors demandé un CHSCT (ndlr : comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail ) extraordinaire et la réalisation d'une enquête pour faire la lumière sur ce qui s'était passé, a expliqué l'homme à Marianne. Quelques jours après avoir formulé cette demande, le directeur d'établissement m'a reçu pour me notifier une suspension de service sans aucun motif. Mon tort, c'est d'avoir été gênant."

    L'homme a été placé en garde à vue

    La situation n'a alors fait que s'empirer, rapporte-t-il : "J'ai voulu m'accrocher et j'ai subi de nombreuses pressions, du chantage, une convocation en conseil de discipline pour avoir 'déstabilisé les encadrants'... Et même une garde à vue de 30 heures après une plainte de ma direction pour harcèlement. On marche sur la tête ! [...] J'ai sauvé une vie mais, au final, c'est moi qu'on essaie de tuer." L'homme est désormais sans emploi.

    Contactée par le magazine, La Poste a réfuté cette version des faits, expliquant que "cette nouvelle procédure disciplinaire est sans rapport avec l'accident de santé de sa collègue". "Sébastien Carré a fait l'objet, depuis près de dix ans, de plusieurs mesures disciplinaires", a-t-elle affirmé.

    De son côté, Emeline souffre toujours de lourdes séquelles et est toujours en arrêt longue maladie. Elle n'a notamment pas retrouvé le bon usage de l'une de ses jambes et a fait une demande pour être reconnue travailleuse handicapée. 

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Variant Omicron : des exigences de test renforcées pour entrer aux États-Unis à partir de la semaine prochaine

    Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

    Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

    Présidentielle : "Eric Zemmour n'a pas la capacité d'aller au second tour", assure Marine Le Pen

    Y a-t-il réellement "91% de fausses couches" chez les mères vaccinées au cours du premier trimestre ?

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.