La compagnie aérienne HOP refuse l’accès à une passagère à cause de son handicap

La compagnie aérienne HOP refuse l’accès à une passagère à cause de son handicap

SOCIÉTÉ
DirectLCI
DISCRIMINATION - Une femme handicapée s'est vu interdire l'accès à son avion par la compagnie low-cost d'Air France, à l'aéroport d'Agen. Hop a depuis présenté ses excuses et précisé que le pilote n'avait fait que respecter les consignes à la lettre. Explications.

Après avoir donné un cours aux élèves de l'école nationale d'administration pénitentiaire (Enap) à Agen, Martine Herzog-Evans, professeur de droit privé, s'apprêtait à rentrer chez elle, à Paris. Un trajet qu'elle effectue très fréquemment en avion. Mais cette semaine, cette routine a été perturbée. L'universitaire n'a pas pu monter à bord en raison ... de son handicap. 


Me Herzog-Evans souffre d'une maladie génétique qui l'empêche de rester en position debout trop longtemps. Pour se déplacer, elle utilise une canne-siège. "Je suis atteinte d’une maladie génétique qui rend mes articulations hyperlaxes", détaille-t-elle dans les colonnes de Sud-Ouest. "Je suis sujette à des entorses à répétition. (...) Le personnel de l’aéroport m’avait installée dans un fauteuil pour aller jusqu’à l’avion quand on est venu me dire que le commandant de bord ne souhaitait pas que j’embarque…"

C'est dur, on vous refuse un service uniquement en regard de votre apparence, de votre handicap"Martine Herzog-Evans

Impossible pour elle de monter à bord. "Ma première réaction a été : 'Au secours, je rentre chez moi comment ?' Ensuite, la colère. C'est dur, on vous refuse un service uniquement en regard de votre apparence, de votre handicap", a-t-elle confié à nos confrères de France Bleu. Martine Herzog-Evans a bien tenté d'expliquer sa situation, en vain. 


"Ils n'ont pas compris que je pouvais me débrouiller toute seule". C'est donc en taxi qu'elle a du rejoindre l'aéroport voisin de Toulouse pour rejoindre son domicile, une solution de secours proposée par la compagnie. S'estimant victime de discrimination, l'enseignante a partagé sa malheureuse expérience sur les réseaux sociaux et dans les médias et qui a offusqué de nombreux internautes.

Forcée de s'expliquer, la compagnie aérienne a indiqué qu'un changement d'avion avait été opéré et que l'appareil ne pouvait pas prendre de personnel naviguant. Le pilote, a selon la direction, respecté à la lettre le règlement. "Il m’a dit qu’en cas d’atterrissage forcé, personne ne pourrait me prendre en charge", rapporte ainsi l'enseignante.


Vendredi, elle attendait cependant toujours des excuses de la compagnie et surtout la possibilité de prendre l'avion pour ses prochains cours.

La filiale d'Air France a contacté Martine Herzog-Evans dans la soirée. Mais l'universitaire a indiqué sur Twitter qu'elle n'avait "pas de garantie" de pouvoir embarquer lors de son prochain déplacement...

Plus d'articles

Lire et commenter