La Convention citoyenne pour le climat s'achève sur une note sévère pour le gouvernement

La Convention citoyenne pour le climat s'achève sur une note sévère pour le gouvernement

DÉCEPTION - La Convention citoyenne pour le climat se termine avec un goût amer pour les 150 citoyens et citoyennes tirés au sort pour y participer. Appelés ce dimanche à noter la prise en compte de ses propositions par le gouvernement, ils n'ont pas manqué d'être sévères, estimant l'exercice "gâché".

La Convention citoyenne pour le climat a jugé sévèrement dimanche la "prise en compte" de ses propositions par le gouvernement. Appelés à noter Emmanuel Macron, les 150 citoyennes et citoyens participant ne lui ont jamais obtenu la moyenne lors d'une série de votes sur les six grands thèmes de mesures.

Évalué sur 10, l'exécutif a obtenu une note moyenne de "autour de 3,7/10, soit insatisfaisante", indique dans un communiqué  Matthieu Orphelin. Le député EDS estime la réponse du gouvernement insuffisante sur quatre des six thèmes. La thématique "se loger" a obtenu une moyenne de 3,4 sur 10, "produire et travailler", "se nourrir" et "se déplacer" 3,7 chacune. La prise en compte des propositions pour les deux thèmes restants, est, elle, "tout juste passable" avec une note de 4/10 pour la thématique liée à la consommation et de 4,1/10 pour celle liée à la gouvernance. "Des 47 mesures étudiées, seule une poignée (6) atteint une note supérieure à la moyenne", poursuit-il.

Un exercice inédit "gâché"

"Les 150 citoyennes et citoyens ont très logiquement et très fortement sanctionné l’inaction du gouvernement et la faiblesse de son projet de loi 'climat et résilience'", indique le communiqué, estimant que la conclusion de cette Convention Citoyenne pour le Climat est "une claque à la démocratie participative".

En début de semaine, le Haut Conseil pour le Climat a pointé du doigt des carences dans le projet de loi Climat, insistant sur le retard du gouvernement dans les objectifs fixés et le caractère "insuffisant" de certaines mesures.

Les opinions des membres de la Convention restent "très contrastées, même après plus de 18 mois de travail en commun", a réagi une source gouvernementale auprès de LCI, pointant qu'un tiers des membres s'étaient abstenus dans cette notation. Cette même source a également voulu retenir de ce verdict sévère que "les citoyens ont plébiscité l'organisation de cette convention citoyenne". "Ce vote traduit une perception", a-t-elle également observé. "Le gouvernement prend acte qu’il n’a pas encore convaincu que suffisamment de leviers sont mobilisés pour atteindre notre objectif de 2030."

S'agissant de la sévérité des notes, cette source gouvernementale a également fait valoir auprès de LCI "qu'une poignée d'une quinzaine de militants", parmi les votants, "a systématiquement mis 0/10 à toutes les mesures, faussant l'évaluation sincère qui avait été demandée", "une minorité activée par nos oppositions politiques"

Lire aussi

Pendant un an, les citoyens tirés au sort avaient travaillé de concert pour imaginer une série de 149 mesures destinées à réduire d'au moins 40% les émissions de gaz à effet de serre de la France "dans un esprit de justice sociale". Fin juin à l'Élysée, le chef de l'État s'était engagé à reprendre "sans filtre" 146 des propositions initiales de la CCC. Mais quelques mois plus tard, la liste des propositions que le gouvernement se disposait à garder avait à nouveau été réduite, au gré des déclarations des ministres et du président. En décembre, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili avait affirmé sur Europe 1 qu'"à peu près 40%" des propositions de la Convention citoyenne sur le climat (CCC) figureraient dans le projet de loi climat.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

EN DIRECT - Covid-19 : 510.000 doses injectées ce vendredi, annonce Macron

Un taux de vaccination supérieur à la France mais plus de morts : la stratégie italienne en question

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Lire et commenter