La France vendue aux étrangers ? "Il y a beaucoup de fantasmes"

La France vendue aux étrangers ? "Il y a beaucoup de fantasmes"

Fabien Piliu, journaliste à La Tribune, a co-écrit avec Denis Boulard, journaliste indépendant, "A qui appartient la France ?" Une enquête où les deux auteurs battent en brèche de nombreuses idées reçues sur les investisseurs étrangers et l'état réel du patrimoine économique, immobilier et culturel français.

Dans votre enquête, vous faites l'inventaire des investissements internationaux en France. La France vendue au Qatar ou au Chinois, ce serait un pur fantasme ?
Dans un pays en crise, où l'on déplore 3 millions de chômeurs, on joue beaucoup à se faire peur. On dit facilement que tout va mal, qu'on vend les "bijoux de famille". Quand un investisseur chinois s'installe dans le Bordelais, c'est présenté comme une catastrophe. Pareil quand il achète un tableau de Van Gogh ou de Renoir… Nous avons essayé sans a priori de voir ce qu'il en était. Nous nous sommes rendu compte qu'il y a beaucoup de fantasmes. Par exemple, dans le Bordelais, il y a 9800 châteaux, et les Chinois, devenus les premiers investisseurs étrangers dans la région, n'en possèdent qu'une soixantaine. On oublie en outre que ces investisseurs sont des éléments vitaux pour notre économie.

L'argent des Qataris suscite toutes les passions. Sont-ils des investisseurs "normaux" ?
C'est souvent la nouveauté qui fait peur. Le Qatar, la Chine… Ces investisseurs nous effraient un peu. Mais à bien y regarder, le Qatar reste très peu présent en France . Il a acquis des symboles, comme les hôtels particuliers et quelques beaux flambeaux de l'hôtellerie. Sur le plan du patrimoine, il est en outre conscient que pour être accepté, il doit respecter les règles.

Votre ouvrage nous apprend que l'Etat français a beaucoup contribué à les faire venir…
Les incitations fiscales (pour le Qatar et le Koweït, ndlr) prises par Nicolas Sarkozy en 2007-2008 ont accéléré le mouvement. Cela coïncidait avec la volonté de l'Emirat d'assurer la pérennité de son modèle économique, la fin des réserves gazières étant programmée pour les années 2030. Il investit en France comme il le fait partout dans le monde. Les palaces, il en achète aussi aux Etats-Unis. Le gouvernement français continue aujourd'hui à dérouler le tapis rouge aux investisseurs étrangers. La France est dans une compétition internationale. Elle se maintient dans le top 5 des pays les plus attractifs, on peut s'en réjouir.

EN SAVOIR +
>> Immobilier : les 11 milliards de mètres carrés planqués de l'Etat français

Vous affirmez aussi que l'entrée des investisseurs étrangers dans le capital d'entreprises françaises peut être génératrice d'emplois…
Si cela peut permettre à l'entreprise de se développer… Sans cet argent il y aurait peut-être plus de chômeurs sur le carreau. L'argent étranger donne de l'emploi, permet au patrimoine culturel de continuer à vivre, de développer les technologies françaises, de générer de l'investissement. Si la France est la 5e puissance économique mondiale, ce n'est peut-être pas un hasard. Rappelons qu'un salarié sur sept en France travaille pour une entreprise étrangère.

L'Etat a-t-il tort de vouloir protéger nos entreprises ?
Tous les pays protègent leurs secteurs stratégiques. La France, dans ce domaine, a peut-être eu un peu de retard. Arnaud Montebourg (alors ministre de l'Economie, ndlr) a peut-être été jugé de façon un peu outrancière par les investisseurs étrangers, mais sa mise au point était nécessaire . La France a des choses à vendre, mais pas tout. Son message n'avait rien de choquant par rapport à ce qui se fait à l'étranger.

Vous montrez que les entreprises françaises jouent aussi la mondialisation en remportant des marchés à l'étranger. Pourquoi le discours "décliniste" l'emporte-t-il toujours ?
Le message n'est pas facile à faire passer dans un pays où 25 % de la jeunesse est au chômage. La France a des atouts, c'est un beau pays avec une base solide, et bien sûr des problèmes à régler.

A qui appartient la France ? Mythes, peurs et réalités sur l'argent étranger dans l'Hexagone, de Denis Boulard et Fabien Piliu. Editions First Document. 296 pages. 16,95 euros.

À LIRE AUSSI
>> L'ambassadeur du Qatar précise les ambitions de son pays en France >> Comment la France drague les touristes des pays du Golfe

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

EN DIRECT - Vaccins : l'exécutif lance une "nouvelle campagne massive d'appels" pour inciter les plus vulnérables

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, malgré l'argent en aviron

Covid-19 : le pass sanitaire élargi entrera en vigueur le 9 août

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.