La grève des ambulanciers se poursuit jusqu'à vendredi

La grève des ambulanciers se poursuit jusqu'à vendredi

MOBILISATION - Depuis mardi et ce jusqu'à au moins ce vendredi, des entreprises d'ambulances sont en grève face à un retard dans la mise en œuvre de l'accord sur l'organisation et les tarifs des gardes ambulancières.

Leur colère ne descend pas. Le mouvement de grève des ambulanciers a été prolongé ce mardi jusqu'à vendredi soir, a annoncé dans un communiqué la Chambre nationale des services d'ambulances (CNSA) et la Fédération nationale de la mobilité sanitaire (FNMS). Elles sont en grève auprès des urgences hospitalières. Les préfectures font donc des réquisitions, qui doivent être renouvelées toutes les 12 heures, pour faire appel à leurs services. 

Les gendarmes ont débarqué dans la nuit pour nous distribuer les réquisitions- Dominique Hunault, président de la Chambre nationale des services d'ambulances (CNSA)

"Les gendarmes ont débarqué dans la nuit pour nous distribuer les réquisitions", a indiqué à l'AFP Dominique Hunault, président de la CNSA, affirmant que "60% des départements suivent le mouvement". La plupart des préfectures concernées "ont pris la décision de réquisitionner les ambulances" pour pouvoir continuer à assurer les transports sanitaires urgents à la demande des Samu, a-t-il ajouté. 

Quelles sont les motifs de la grève ?

Les ambulanciers espèrent toujours que leurs revendications soient entendus par le ministère de la Santé et Matignon. Les deux fédérations à l'origine de la grève réclament notamment la mise en œuvre de l'accord sur l'organisation et les tarifs des gardes ambulancières. Ce dernier a été signé à la fin de l'année 2020 avec l'Assurance maladie, après trois ans de discussions, mais est toujours en attente d'un décret d'application. 

Par ailleurs, les ambulanciers sont inquiets face à une proposition de loi adoptée le 7 octobre dernier. Elle prévoit la possibilité de "missionner directement un équipage pompier (...) alors que l'organisation des urgences prévoit de solliciter en priorité les ambulanciers", offrant ainsi "un financement sans limites" aux premiers, au détriment des seconds.

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.