La grève des routiers suspendue provisoirement

La grève des routiers suspendue provisoirement

BLOCAGE - L'intersyndicale à l'origine de la grève dans le transport routier a appelé mardi soir à "lever les barrages cette nuit". Une assemblée générale avec le patronat est prévue mercredi matin.

La mouvement est suspendu, mais les négociations avec le patronat sont pour l'instant un échec. Mardi soir, l'intersyndicale à l'origine de la grève dans le transport routier a appelé à "lever les barrages cette nuit".

"On a appelé à la levée des barrages pour cette nuit, a indiqué Jérôme Vérité (CGT) au nom de l'intersyndicale (CGT, FO, CFTC et CFE-CGC). "Une assemblée générale se tiendra mercredi matin pour "décider des suites à donner au mouvement social " a-t-il ajouté.

Hausse des salaires

La CFDT Transports, premier syndicat de la profession, consultera également ses adhérents mercredi en milieu de journée. Entre temps, les négociations entre partenaires sociaux pourraient reprendre, selon Jérôme Vérité. Mardi soir, elles avaient pourtant été interrompues "sur un constat d'échec", selon le mot de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR), la principale chambre patronale du secteur.

Loin des revendications syndicales (5% d'augmentation pour tous), le patronat proposait une augmentation de 2% pour les salaires les plus bas de la convention collective, et de 1% pour les cadres et agents de maîtrise. "Ces montants représentent de 2 à 4 fois l'inflation calculée pour l'année 2014", fait valoir le patronat dans un communiqué, qui évoque également un "échec" des négociations.

"Les entreprises ne sont pas en capacité d'accorder des revalorisations à hauteur de 5%. Malheureusement, ce constat économique n'est pas partagé et on le regrette très profondément", ajoute Nicolas Paulissen, directeur général de la FNTR. Pour Patrice Clos (FO), la hausse proposée par le patronat revient à "ramener le coefficient le plus bas à un centime au-dessus du Smic" horaire brut, fixé à 9,61 euros en 2015. En 2014, un seul des quatre coefficients en vigueur dans le transport routier - celui des salariés les plus qualifiés - dépassait le Smic (9,53 euros bruts par heure).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

EN DIRECT - "Nous avons encore devant nous des jours difficiles à l'hôpital", prévient Attal

Lire et commenter