La Ligue de défense juive dans le viseur du ministère de l'Intérieur

La Ligue de défense juive dans le viseur du ministère de l'Intérieur

SOCIETE - La dissolution de la Ligue de défense juive (LDJ) est envisagée par le ministère de l'Intérieur. Ses méthodes violentes avaient notamment créé la polémique mi-juillet lors d'accrochages avec des militants propalestiniens.

Ses déclinaisons sont déjà interdites dans plusieurs pays. La Ligue de défense juive (LDJ) est désormais en sursis en France aussi. Sa dissolution est "sérieusement envisagée" par le ministère de l'Intérieur, assure en effet Libération dans son édition de jeudi. Le quotidien cite une source policière affirmant que "la Direction des libertés publiques et des affaires juridiques du ministère de l'Intérieur (DLPAJ) travaille à temps plein pour étudier la possibilité d'une interdiction de la LDJ". L'information a été confirmée par une source proche du dossier, qui a confié à l'AFP que le ministère procédait "à l'analyse juridique la plus fine possible dans le respect du droit".

>> Qui sont les militants de la LDJ ?

Ce groupe de jeunes radicaux a l'habitude de s'inviter aux abords des synagogues pour en renforcer la protection. Il est aujourd'hui de nouveau sous le feu des critiques depuis des violents affrontements avec des militants propalestiniens le 13 juillet, près de la synagogue de la rue de la Roquette à Paris. L'organisation était aussi présente le 20 juillet devant celle de Sarcelles, dans le Val-d'Oise, au moment d'une manifestation propalestinienne qui a tourné à l'émeute. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait alors jugé cette organisation "dans l'excès", "dans des actes qui peuvent être répréhensibles et qui doivent être condamnés".

Décriée au sein de la communauté

La LDJ se défend de tout acte illégal en France, bien qu'elle s'inspire de la Jewish Defense League, qualifiée de "groupe terroriste" par le FBI en 2001. L'organisation - considérée comme une milice par ses adversaires - arbore l'emblème d'un parti nationaliste religieux interdit en Israël, le Kach. Cet emblème prend la forme d'un poing brandi dans une étoile de David noire sur fond jaune. Certains de ses membres sont formés au krav maga, une méthode d'autodéfense d'origine israélienne.

Les agissements de la LDJ sont décriés au sein même de la communauté juive, qui assure ne pas réclamer sa présence devant les synagogues. Des voix s'étaient élevées ces derniers jours pour demander sa dissolution, notamment celle du député communiste du Nord Jean-Jacques Candelier. L'Observatoire national contre l'islamophobie, une composante du Conseil français du culte musulman (CFCM), la considère comme "une association extrémiste, raciste et qui pratique la violence".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Explosion du variant Delta malgré une vaccination massive : que nous disent les chiffres au Royaume-Uni ?

Comment la propagation du variant Delta pourrait affecter nos vacances

Alerte météo : trois départements placés en vigilance orange pour des risques de crues

Pourquoi Justin Bieber voulait-il (vraiment) rencontrer Emmanuel Macron ?

Autonomie de 1000 km, charge en 3 min... Découvrez la première berline à hydrogène française

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.