La meilleure prof du monde pourrait être française, et pour elle, "tous les élèves ont du talent"

La meilleure prof du monde pourrait être française, et pour elle, "tous les élèves ont du talent"

INTERVIEW - Marie-Hélène Fasquel, professeure de littérature américaine au lycée international Nelson Mandela de Nantes, est la première Française à intégrer la finale du prestigieux "Global Teacher prize", qui récompense ni plus ni moins que le meilleur prof du monde. Pour LCI, elle se livre sur sa méthode d'enseignement et ses projets futurs.

Être la première prof française en finale du "Global Teacher Prize", ça fait quoi ?

Ça me fait plaisir, évidemment, mais pas pour moi. Pour mes élèves, leur travail, et pour mes collègues, qui travaillent dans l’ombre. En France, on ne met pas souvent en valeur le métier d’enseignant. Qu’on en parle aujourd’hui pour en dire du positif, c’est très bien. Au départ, je me suis inscrite parce que je trouvais cela amusant. On m’en a parlé et je me suis dit que je n’avais rien à perdre. Mais une chose est sûre : je n’imaginais pas atterrir dans le top 50 !

Cette sélection, vous la devez aussi à votre méthode de la "classe inversée". Pouvez-vous nous en parler ?

La "classe inversée", comme son nom l’indique, c’est inverser sa façon de faire cours. En clair, au lieu de développer une notion en classe puis de passer à la mise en application, on fait le contraire. A la maison, les élèves travaillent à partir d’une vidéo en ligne, par exemple, chacun à leur rythme, et le lendemain, nous organisons en classe un débat sur le sujet. Cette méthode, plus créative, pousse à l’autonomie des élèves. 

Gagner ? Je n’y crois pas vraiment"- Marie-Hélène Fasquel

Si vous gagnez, qu’allez-vous faire de ce prix (et du million de dollars qui va avec) ?

Gagner ? Je n’y crois pas vraiment. Les autres collègues sélectionnés sont extraordinaires. Mais justement, cette compétition me permet d’entrer en contact avec des professeurs du monde entier fabuleux. Depuis, je travaille par exemple avec une collègue d’Afrique du Sud sur un futur atelier littéraire. Pour l’année prochaine, je développe ainsi plusieurs projets en devenir. C’est ça le cadeau, le vrai prix de cette compétition. Si j’ai la chance d’être sélectionnée parmi les dix finalistes, je pourrai aller à Dubaï et les rencontrer en vrai. Et si je gagnais – ce qui est très improbable – alors je profiterais de cette somme pour monter une association d’aide aux élèves décrocheurs, en conservant toujours cette spécificité qui fait mon enseignement, car elle permet aux élèves de trouver leur talent… Et ils en ont tous.

Lire aussi

En vidéo

Elle est "prof jusqu'au bout des ongles" et veut préserver ses élèves "des débats d'adultes"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary-sur-Mer : un homme de 30 ans retrouvé mort, deux personnes toujours recherchées

Le Covid, une simple bactérie ? Les autorités de Singapour démentent avoir dévoilé un "canular mondial"

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

EN DIRECT - Covid-19 : 8 millions de créneaux de vaccination supplémentaires vont être ouverts, annonce Gabriel Attal

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.