La mise en examen de la mère de Fiona pour "coups mortels aggravés" confirmée

La mise en examen de la mère de Fiona pour "coups mortels aggravés" confirmée

DirectLCI
JUSTICE - Cécile Bourgeon avait demandé l'annulation de sa mise en examen pour "coups mortels aggravés" espérant un jugement devant un tribunal correctionnel. La requête a été rejetée.

Sans réelle surprise, Cécile Bourgeon prend la direction des assises. La cour d'appel de Riom a en effet rejeté ce mardi la requête en annulation de sa mise en examen supplétive pour "coups mortels aggravés". La mère de Fiona était dans un premier temps poursuivie pour quatre délits, dont "recel de cadavre" et "non-assistance à personne en danger". Elle encourrait cinq ans de prison.

Pourvoi en cassation

Mais les déclarations de son compagnon Berkane Makhlouf, l'accusant à son tour d'avoir frappé la petite Fiona, avait conduit le parquet de Clermont-Ferrand à requalifier le chef de sa mise en examen en "coups mortels aggravés". Des faits passibles de trente ans de réclusion criminelle. "Dans ce dossier, il n'y a pas la moindre preuve de violence de la part de Cécile Bourgeon", avait plaidé son avocat Me Portejoie lundi dans nos colonnes. Il a annoncé ce mardi un pourvoi en cassation.

Le corps de la petite fille, que les amants terribles disent avoir enterré dans une forêt près de Clermont-Ferrand, n'a pas été retrouvé. Seule son autopsie pourrait pourtant permettre de comprendre ce qui s'est réellement passé dans ce sordide huis clos familial et le rôle de chacun. "Ma cliente n'a qu'une obsession, retrouver son corps", assure Me Portejoie. Mais après quatre mois de mensonges et d'effroyables aveux, Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf n'ont toujours pas retrouvé la mémoire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter