Le nombre de naissances en France au plus bas depuis 1945

La natalité au plus bas en France depuis 1945

DÉMOGRAPHIE - Le nombre de naissances en France en 2020 a atteint un plus bas historique depuis 1945, avec 740.000 bébés. L'épidémie de Covid-19 a par ailleurs réduit de plusieurs mois l'espérance de vie.

En 2020, quelque 740.000 bébés sont nés en France. Soit 13.000 de moins qu'en 2019 (-1,8%). Même si la tendance est à la baisse depuis six ans, c'est le niveau le plus bas enregistré depuis 1945, souligne l'Insee)dans son bilan démographique. Au cours de l'année écoulée,  le taux de fécondité a baissé de -1,8% (contre -0,7% un an plus tôt), pour s'établir à 1,84 enfant par femme, contre 1,86 en 2019.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Autre constat, l'épidémie de Covid-19 a entraîné, comme attendu, une surmortalité  : 658.000 personnes sont décédés en France (soit +7,3% par rapport à l'an dernier), toutes causes confondues. En conséquence, l'espérance de vie a diminué de plusieurs mois. Elle atteint 85,2 ans pour les femmes (-5 mois) et 79,2 ans pour les hommes (-6 mois), soit une baisse bien plus forte que celle observée en 2015, année marquée par une forte grippe hivernale.

Avec des naissances en baisse et des décès en hausse, le solde naturel atteint un niveau très bas, à 82.000 contre 140.000 en 2019. C'est le solde naturel le plus faible depuis 1945. L'année 2020 a également été marquée par un effondrement de 34% du nombre de mariages, ces célébrations ayant été interdites pendant le premier confinement, puis autorisées mais avec une stricte limitation du nombre d'invités.

Lire aussi

La France demeure malgré tout le pays le plus peuplé de l’Union européenne, après l’Allemagne. Au 1er janvier 2021, l'Hexagone comptait 67.422.241 habitants, soit 135.000 de plus en un an. Cette hausse estimée de 0,25% de la population s'inscrit cependant dans une tendance au ralentissement par rapport aux bilans 2019 (0,34%), 2018 (0,35%) et 2017 (0,48%). Cet accroissement s'explique en grande partie par le solde migratoire (+87.000 personnes). 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19: "Les prochains jours seront cruciaux voire décisifs"

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : "gagner du temps" avant de reconfiner, une stratégie risquée

Les données médicales de 500.000 Français dérobées et diffusées sur internet

Covid-19 : AstraZeneca reconnaît de nouvelles difficultés de production en Europe

Lire et commenter