La patronne de William Saurin, son héritage et son caniche Gaëtan : autopsie d'une fausse info

La patronne de William Saurin, son héritage et son caniche Gaëtan : autopsie d'une fausse info

DirectLCI
RUMEUR - Lundi et mardi, de nombreux médias ont repris l'information selon laquelle l'ancienne dirigeante de William Saurin, décédée la semaine dernière, aurait légué sa fortune à son chien. Une information fausse... mais qui ne sort pas de nulle part. Explications.

Des millions d'euros légués à un caniche nain ? L'histoire était trop folle pour être vraie. Lundi 5 décembre, dans l'après-midi, le  site du très sérieux magazine économique Challenges publie un article intitulé "Monique Piffaut, cette patronne qui lègue sa fortune à un chien". Le pitch : la présidente récemment décédée du groupe "Financière Turenne Lafayette", gérant notamment les enseignes alimentaires William Saurin ou Madrange, aurait décidé de léguer sa colossale fortune, évaluée à environ 400 millions d'euros, à son chien Gaëtan. Très vite, l'information se répand comme une trainée de poudre dans tous les médias, locaux et nationaux. Y compris, ce mardi matin très tôt, sur LCI.fr. Sauf qu'il s'agissait d'un gros malentendu.


Ce mardi, constatant l'ampleur des dégâts, le bureau de presse du groupe fait le tour des rédactions et dément, auprès de chaque journaliste, cette information délirante. Selon lui, l'héritage de Monique Piffaut serait en fait légué à une fondation pour l'enfance, et non pour les animaux... Contactée dans la matinée, la responsable de la communication de "Financière Turenne Lafayette" précise à LCI.fr : "C'est n'importe quoi. Et c'est extrêmement préjudiciable pour l'entreprise, qui compte des marques très connues. La rumeur est partie et si elle va trop loin, le groupe n'hésitera pas à engager une action en justice."

"Elle parlait beaucoup de son chien Gaëtan"

Les corrections, depuis, ont été apportées à la plupart des articles. D'après une rapide revue de presse, plusieurs rédactions ont modifié leur publication. Mais cette rumeur, d'où vient-elle ? Sort-elle de nulle part ? Pas exactement. Pour le savoir, nous avons contacté le journaliste de Challenges à l'origine de l'article, partagé et repris en masse. Très humblement, il reconnaît d'emblée : "Je plaide coupable, l'erreur vient de moi." Et détaille pour LCI : "Spécialisé dans l'agro-alimentaire, il se trouve que je connaissais cette dame. A une époque, on échangeait par téléphone et on déjeunait quelques fois ensemble. Un jour, je lui ai posé la question de son héritage. Quand elle ne serait plus là, à qui donnerait-elle sa fortune ? Elle m'a alors répondu qu'elle pensait léguer son héritage à une fondation qui s'occupe des animaux. Elle parlait beaucoup de son chien Gaëtan, qu'elle avait toujours avec elle. Vendredi, quand j'ai reçu le communiqué de presse de la marque et que j'ai lu que son héritage serait transmis à 'une fondation', sans autre précision, j'ai fait le raccourci à tort."


Et en effet, après vérification, le communiqué initial envoyé à l'AFP et à d'autres médias ne mentionne nullement la nature de cette fameuse fondation "en cours de constitution". Mais précise en revanche : "Elle sera dirigée par des personnalités du monde économique reconnues pour leur expertise et par des personnes de confiance, proches de Madame Piffaut, qui ont contribué à ses côtés au développement du Groupe." Un contenu il est vrai assez sibyllin, mais dont les auteurs n'imaginaient certainement pas qu'il ferait les gros titres de journaux, décidément très en avance sur le 1er avril. 

Plus d'articles

Sur le même sujet