La "plus belle petite fille du monde" relance la polémique sur la sexualisation des enfants

SOCIÉTÉ
ENFANCE - La petite Kristina Pimenova, huit ans, est mannequin depuis ses trois ans. Elle enchaîne les séances photos pour les plus grands couturiers de la planète. Mais certains de ses clichés commencent à déranger les internautes.

De grands yeux bleus, de longs cheveux châtains et des poses de pros. Kristina Pimenova est une mannequin star, qui enfile les défilés et les shootings photo. À une différence près : la jeune Russe n'a pas encore neuf ans. Pourtant, avec deux millions de fans sur Facebook, elle a acquis une popularité sans précédent et la presse spécialisée la présente déjà comme "la plus belle petite fille du monde".

C'est sa mère - ancienne mannequin - qui gère ses comptes sur les réseaux sociaux, postant quasi quotidiennement de nouvelles photos d'elles. Mais les poses lascives et les moues boudeuses de sa fille commencent à en gêner certains, alimentant la polémique sur la sexualisation des petites filles.  Sur certains clichés, on la voit en effet en mini-short ou imitant des poses d'adultes, la bouche entrouverte.

"La vraie beauté est à l'intérieur"

"Sexy", "Wahou" commentent les fans, tandis que d'autres s'insurgent. "Vous sexualisez votre enfant et les parents comme vous sont la raison pour laquelle les petites filles grandissent en ayant tant de problèmes" dénonce une internaute , tandis qu'un autre prétend qu'elle "ne ressemble pas à une enfant". Ces critiques sont rapidement effacées par la mère de l'enfant pour ne laisser qu'une image "positive" de sa page. Elle prend aussi soin de poster des vidéos de Kristina à son entraînement de GRS, qu'elle pratique régulièrement, afin de montrer que celle-ci a des activités en dehors du mannequinat.

Dans la mini-biographie de son compte Instagram , la mère de Kristina a depuis pris soin de préciser "rappelez-vous, la vraie beauté est à l'intérieur". Mais au vu de toutes les photos qu'elle poste de l'adorable minois de sa fillette, pas sûr que celle-ci le comprenne vraiment.

EN SAVOIR +
>> Chantal Jouanno : "le sexe n'est pas une affaire d'enfants"
>> À Paris, les mini-miss font de la résistance

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter