Les concerts de la tournée de Bertrand Cantat doivent-ils être annulés ?

SOCIÉTÉ

Toute L'info sur

Bertrand Cantat, l’impossible retour ?

POUR/CONTRE - Plusieurs pétitions - dont l'une a recueilli près de 65.000 signatures - réclament l'annulation des concerts de Bertrand Cantat dont la tournée commençait ce jeudi à La Rochelle. Si certains dénoncent l'indécence de mettre le chanteur en lumière, d'autres réclament au contraire son droit à une vie professionnelle.

C'est une tournée qui fait débat. Alors que Bertrand Cantat doit se produire dans plusieurs villes de France depuis ce jeudi,  plusieurs pétitions réclament l'annulation de ses concerts. L'une d'entre elles - qui réclame l'annulation du concert prévu au festival Papillons de Nuit de Saint-Laurent-de-Cuves en mai prochain - a déjà recueilli 65 000 signatures, "En mettant en lumière Bertrand Cantat, vous banalisez les violences faites au femmes et vous les cautionnez", dit le texte de la pétition en ligne lancée sur change.org quelques jours après l'annonce mi février de la programmation du festival de Saint-Laurent-de-Cuves. 

Le texte, dont le nombre de signataires ne cesse toujours d'augmenter évoque notamment les coups mortels portés par le chanteur à l'actrice Marie Trintignant, pour lesquels il a été condamné par la justice lituanienne ou encore le suicide de son ex épouse.

En vidéo

Bertrand Cantat à la Une des "Inrocks"

Il est impensable de se substituer à l'institution judiciaire alors que nous sommes simplement des acteurs culturels de notre territoire- Communiqué de presse de R.O.C.

Contacté par LCI, l'association R.O.C., organisatrice du festival des Papillons de nuit, nous a renvoyés vers un communiqué de presse publié cette semaine. Cette dernière se dit "particulièrement attaché(e) à la lutte contre les violences faites aux femmes" mais invoque le "droit pour tout(e) citoyen(ne) à une vie professionnelle après le temps de la justice". 

"Il est impensable de se substituer à l'institution judiciaire alors que nous sommes simplement des acteurs culturels de notre territoire". Et d'ajouter : "Nous nous refusons à censurer un artiste dont les qualités musicales et artistiques nous ont convaincu de le programmer".

Lire aussi

Il faut distinguer le droit à la réinsertion post-justice et le droit à être reconnu et célébré- Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d'Osez le Féminisme

Pour Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d'Osez le Féminisme, il convient de "distinguer le droit à la réinsertion post-justice et le droit à être reconnu et célébré". "Accepterait-on d’aller voir en concert une personne qui aurait violé un enfant ou un homme qui a fait un braquage à main armé ?" se demande-t-elle. "Je n'en suis pas certaine. C’est le reflet d’un mépris social profond dont les conséquences sont les violences contre les femmes. 

Et d'ajouter : "On ne réclame pas de brûler ou d’interdire les œuvres de Noir Désir ou de Polanski. Par contre, on essaye de convaincre les gens d’arrêter de célébrer un homme dont on sait qu’il est un agresseur".

On va nous-même partir en tournée. Parce que si Bertrand Cantat a le droit de chanter en tant qu’agresseur, on a le droit de crier.- Raphaëlle Rémy-Leleu

Bertrand Cantat avait déjà fait couler beaucoup d'encre en octobre dernier lorsqu'il était apparu en Une des Inrocks. La secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes Marlène Schiappa avait alors violemment critiqué cette décision : "Et au nom de quoi devons-nous supporter la promo de celui qui a assassiné Marie Trintignant à coups de poings ? Ne rien laisser passer", avait-elle écrit sur son compte Twitter.

A ce jour, un seul concert de la tournée du chanteur qui commence ce jeudi à La Rochelle, a été annulé : celui prévu fin juillet dans le cadre du festival "Les Escales" de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), dont le maire PS, David Samzun, avait exprimé sa "désapprobation" dans une lettre aux organisateurs. 

La porte-parole d'Osez le féminisme nous affirme que "sans chercher à interdire, nous allons prendre position pour faire en sorte qu'un maximum de concerts soient annulés". "On va nous-mêmes partir en tournée, ajoute-t-elle. Parce que si Bertrand Cantat a le droit de chanter en tant qu’agresseur, on a le droit de crier."

Et aussi

Lire et commenter