La SNCF dément avoir fait appel à des techniciens de l'Eurostar pour casser la grève

DÉMENTI - La compagnie ferroviaire française assure ce lundi "ne pas avoir fait appel à de la main d'œuvre provenant de Grande-Bretagne, pendant les jours de grève, pour assurer la maintenance des Eurostar". Les employés britanniques travaillant sur les sites techniques français le font dans le cadre d'un contrat de maintenance, explique la SNCF.

Le bruit avait couru que des techniciens de l'Eurostar avaient été réquisitionnés par la SNCF pendant la grève. Ceux-ci auraient été sollicités sur des sites français pour assurer la maintenance des Eurostar, alors qu'une bonne partie des cheminots (35,4%) ont participé au mouvement social le 22 mars 2018. C'est en tout cas ce qu'ont pu affirmer certains grévistes comme le montre ce tweet d'un syndicaliste à la CGT Cheminots : 

La compagnie ferroviaire française -qui détient la majorité de l'entreprise franco-britannique exploitant les trains empruntant le tunnel sous la Manche- "dément formellement avoir fait appel à de la main d'œuvre étrangère des filiales pour venir travailler sur des sites français pendant la grève", lit-on dans un communiqué publié ce lundi 26 mars. 

Des interventions techniques "dans le cadre d'un contrat de maintenance"

La SNCF poursuit dans son texte qu'il arrive régulièrement que des employés britanniques travaillent en France depuis plus de deux ans : 


"Dans le cadre d'un contrat de maintenance lié à la mise en service de la nouvelle flotte Eurostar E-320 qui a eu lieu en novembre 2015, des techniciens Siemens (constructeur du nouvel Eurostar) assurent régulièrement des sessions de formations au technicentre du Landy [en région parisienne, ndlr]. Ces techniciens de maintenance sont issus du centre de maintenance de Leyton, en Grande-Bretagne. Ils assurent également des opérations de maintenance ciblées en gare du Nord. Ce contrat prend fin en mai 2018."

Le mouvement social doit se poursuivre à la SNCF avec une grève reconductible qui devrait se dérouler du 3 avril au 28 juin. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réforme de la SNCF : bras de fer entre le gouvernement et les syndicats

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter