La SNCF pourrait multiplier ses amendes par quatre

La SNCF pourrait multiplier ses amendes par quatre

Société
DirectLCI
TRAIN - La SNCF réfléchit à différentes mesures de lutte contre la fraude. Les amendes pourraient ainsi fortement augmenter et la durée de validité des billets être réduite.

Après l'installation dans certaines gares de portillons automatiques ou la pose de caméras de surveillance, la SNCF élabore un nouveau plan de lutte contre la fraude. Un enjeu à 300 millions d'euros, soit le montant que coûte chaque année cette pratique à l'entreprise ferroviaire. Et les mesures envisagées s'annoncent drastiques, selon les informations révélées mercredi par Le Parisien .

Ainsi la compagnie réfléchit à diminuer fortement la durée de validité des billets sans réservation utilisés sur le réseau TER. Celle-ci pourrait passer de soixante jours actuellement à sept jours seulement. Une manière de peser sur la fraude, courante, consistant à ne pas composter son billet dans le but de le réutiliser en cas d’absence de contrôle. Quitte à s'exposer au paiement d'une amende de 25 euros.

De futures amendes à 100 euros

Une somme jugée, semble-t-il, insuffisamment dissuasive par la direction de la SNCF, qui projette également d'augmenter le montant des PV. "Je souhaite que les amendes dépassent les 100 euros", a ainsi annoncé Alain Le Vern, le nouveau directeur général régions et Intercités, cité par le quotidien.

En outre, les contrôles renforcés, notamment avant l'embarquement - à l'image de ce qui se fait sur les lignes Paris-Lille, Paris-Rennes, Paris-Marseille et Paris-Reims -, pourraient être étendus. Renforcée également, la collaboration avec la police afin de vérifier identité des fraudeurs et leurs adresses, alors que seuls 11,6% des PV dressés sur le réseau TER sont effectivement payés. Autant de mesures grâce auxquelles l'entreprise ferroviaire publique espère réduire la fraude de 35% d'ici à 2020 sur le seul réseau TER.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter