La technologie du QR code a-t-elle vraiment été créée par le Mossad ?

L'invention du QR Code remonte à 1994, au Japon.

MENSONGE - Figure des opposants aux vaccins, l'avocat Carlo Alberto Brusa prétend que les QR codes, généralisés avec les pass sanitaires, ont été créés à l'origine par les services de renseignement israélien. Une affirmation totalement fausse.

Fondée par l'ancien journaliste Richard Boutry, la plateforme La Une TV s'est lancée en ligne dimanche soir. Une émission de lancement de plus de trois heures a été organisée pour l'occasion, réunissant une trentaine d'intervenants. Leur point commun ? S'opposer à la politique sanitaire du gouvernement, à la vaccination contre le Covid-19 ainsi qu'aux mesures mises en place par les autorités, à l'instar du pass sanitaire.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Cette réunion a pris des allures de "All-Star Game des désinformateurs du web", tels que l'ont qualifié des observateurs. Elle a en effet réuni des personnalités très actives depuis le début de l'épidémie et devenues des figures reconnues au sein de la complosphère francophone. Outre Francis Lalanne, on retrouvait ainsi de multiples intervenants épinglés au cours des derniers mois pour avoir propagé des fake news autour de l'épidémie. Nombre d'entre eux ont d'ailleurs vu leurs comptes sur les réseaux sociaux suspendus pour cette raison, à l'instar de Silvano Trotta. L'avocat et fondateur de l'association Réaction 19, Carlo Alberto Brusa, a, lui aussi, répondu présent. Durant l'une de ses interventions, il a assuré que le QR code présent sur les pass sanitaires était "une création du Mossad", les services de renseignement israéliens. Une affirmation totalement farfelue puisque son origine remonte à 1994 au Japon.

L'idée d'un ingénieur

Il est faux d'expliquer que le Mossad se trouve d'une manière ou d'une autre à la création des QR codes. Très bien documentée en ligne, son origine est en effet attribuée à un ingénieur japonais nommé Masahiro Hara. En 1994, alors qu'il travaillait pour l'entreprise Denso-Wave, spécialisée dans le secteur automobile, ce dernier a cherché un moyen d'améliorer la traçabilité des pièces qui circulaient au sein des usines du groupe Toyota. Il s'agit de "stocker plus d’informations", a confié au Figaro le créateur nippon, surtout en comparaison avec le traditionnel code-barres.

Le QR code avait pour mission "de lire les codes rapidement, essentiellement pour un usage commercial", a rappelé l'ingénieur. Pour le concevoir, il a indiqué s'être inspiré d'un jeu de plateau très populaire en Asie, le go. Ses pions noirs et blancs rappellent ainsi le code tel qu'il apparaît désormais sur les pass sanitaires. Si cette technologie, qui était utilisée à l'origine uniquement par une entreprise, a pu se développer au début des années 2000, elle le doit à son passage sous une licence libre en 1999, permettant à tout un chacun de se l'approprier. 

Lire aussi

La démocratisation du QR code a pris quelques années. Pour que le grand public s'en empare, il a en effet fallu qu'émergent les smartphones et que leur usage se généralise. Au départ, il était nécessaire de télécharger un application pour scanner et lire le contenu des codes, avant que ce processus ne soit rendu plus facile au fil des années. Apple, suivi d'autres constructeurs, a automatisé la détection des QR codes par le biais des appareils photos sur les smartphones. Plus besoin dès lors d'une application spécifique.

Populaire en Asie, cette technologie n'a jamais vraiment réussi à s'imposer en Europe. C'est à la faveur de la crise sanitaire que son usage s'est répandu. Plus besoin notamment de carte au format papier dans les restaurant ou à la table des bars : un scan suffit pour se voir redirigé vers le site de l'établissement. Aujourd'hui, le pass sanitaire s'appuie lui aussi sur ces codes-barres améliorés. Une solution technique rendue possible grâce à l'ingéniosité d'un salarié japonais, qui n'a jamais impliqué de près ou de loin le Mossad.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

"On est déçu, on est venu profiter des plages" : touristes et habitants face au confinement en Martinique

EN DIRECT - Covid-19 : Israël autorise une 3e dose de vaccin pour les plus de 60 ans

VIDÉO - Turquie : les images impressionnantes des feux de forêt qui ravagent la région d’Antalya

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.