La vigile du Carrefour mise à pied parce qu'elle a accepté des sandwiches destinés à la poubelle

La vigile du Carrefour mise à pied parce qu'elle a accepté des sandwiches destinés à la poubelle

BOUCHES-DU-RHÔNE - Anne, 49 ans, vigile dans un supermarché à Port-de-Bouc, dans les Bouches-du-Rhône a été sanctionnée… parce qu'elle avait accepté des sandwichs périmés, destinés à la poubelle. Après la publication d'un article dans La Provence, le groupe Carrefour a indiqué dimanche "être sensible" à la situation de l'employée, qui devrait être réintégrée.

Les fins de mois sont difficiles pour Anne, vigile dans un supermarché à Port-de-Bouc, dans les Bouches-du-Rhône. Alors quand l'employé de la machine à sandwiches lui a proposé d'emmener les produits périmés, elle a accepté, pour le dîner de ses enfants. Elle n'avait pas pensé que les conséquences seraient aussi graves : elle a été mise à pied.

Anne, 49 ans, est employée par la société Mondial Protection, qui la fait travailler dans un magasin Carrefour à Port-de-Bouc depuis deux ans. De fil en aiguille, elle sympathise avec le jeune homme qui s'occupe de remplir et vider le distributeur automatique de sandwichs, destiné au personnel de la grande surface en salle de pause.

"Jamais je n'ai pensé à mal"

Un soir, au lieu de jeter ses sandwichs périmés, il les lui propose. Anne vit avec 1250 euros par mois, a deux enfants encore à sa charge. Elle n'hésite pas vraiment : cela lui permettra de nourrir ses enfants. "Jamais je n'ai pensé à mal puisque c'était destiné à la poubelle", explique l'agent de sécurité à la Provence, qui raconte l'histoire. "En deux ans, ce n'est arrivé que trois fois." Sauf que comme elle ne peut rien accepter en étant à son poste, elle demande au jeune employé d'aller les déposer dans sa voiture. Mais lorsque le jeune homme ouvre le coffre, il se fait alpaguer par deux agents de la sécurité.

Et ceux-ci emmènent ensuite la femme au PC sécurité. Là, son chef  lui dit qu'elle a commis un vol, et la renvoie du site. Elle ne comprend pas : "Je n'ai rien volé, ces produits étaient comptabilisés en pure perte et moi avec trois sandwiches je nourris ma famille", raconte-t-elle dans la Provence . Très choquée, elle est arrêtée en congé maladie.

Entre temps, elle a tout de même prévenu le responsable de l'agence marseillaise de Mondial Protection, qui affirme comprendre sa situation. N'empêche, Anne reçoit quand même une mise à pied, et une convocation à un entretien préalable au licenciement. Carrefour avait en effet exigé son renvoi du site selon la Provence. Mondial Protection a proposé à Anne un autre poste à Marseille, mais elle n'avait pas les moyens de faire les allers-retours tous les jours. Elle s'est donc entendue avec l'agence pour un accord de licenciement "à l'amiable".

Carrefour "sensible" à sa situation

La Provence a contacté le directeur du Carrefour, qui justifie sa demande d'éviction : "La procédure n'a pas été respectée. Nous donnons aux associations tout ce que nous jetons." Sauf que les sandwichs destinés au personnel sont récupérés par la société… Mais le directeur a, selon le quotidien, évoqué un "dysfonctionnement" avant de mettre "brutalement" un terme à l'échange.

"Anne ne s'effondre pas", écrit la Provence, qui explique qu'elle a eu 5 enfants, a perdu sa fille à 8 ans et demi, et son mari dix ans après. "Des épreuves, j'en ai eu dans ma vie. Celle-là à côté..." Un possible retournement pourrait toutefois sans doute arriver. Sur Twitter dimanche, après que l'article du quotidien régional a été repris par plusieurs médias, le groupe Carrefour France indique "être sensible à la situation de l'employée", et se dit prêt "à l'accueillir dans notre magasin de Port-au-Bouc".

A LIRE AUSSI >>  "Perceuse pour soirées sado-maso" : mais que se passe-t-il sur le site de Castorama ?

>>  "J'ai 55 ans, je ne suis plus rien" : le cri de peur et de colère d'une quinqua en fin de droits

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Tensions au Proche-Orient : nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l'ONU prévue dimanche

Dans les villes mixtes d'Israël, un climat insurrectionnel qui inquiète au plus au point

Covid-19 : les cas de variant indien en légère hausse en France

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

EN DIRECT - Covid-19 : la Grèce se rouvre aux touristes après sept mois de confinement

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.