L'affaire Florence Cassez, un an après : des mystères et des révélations

L'affaire Florence Cassez, un an après : des mystères et des révélations

DirectLCI
JUSTICE – Un an après sa libération, Florence Cassez livre sa vérité dans un livre à paraître jeudi (Rien n'emprisonne l'innocence", Ed. Michel Lafon). L'occasion pour metronews de faire le point sur ce qui apparaît aujourd’hui comme une véritable machination politico-judiciaire.

L'affaire Florence Cassez n'est pas terminée. La décision de la Cour Suprême mexicaine de la libérer, il y a tout juste un an, n'a en effet pas résolu le mystère. Car si toutes les charges contre elle ont été abandonnées, Florence Cassez n'a jamais eu, en sept ans de détention, de procès en bonne et due forme.

Seule certitude, aujourd'hui : la Française a fait l'objet d'une machination politico-judiciaire, chose que la justice mexicaine a mis des années à reconnaître. Du côté des protagonistes de l'histoire, les langues se délient peu à peu. Des policiers, sous couvert d'anonymat, reconnaissent aujourd'hui avoir participé à un "montage". Comme l'arrestation de la jeune femme et de son ex-compagnon, le mexicain Israel Vallarta, mise en scène le lendemain pour la télévision dans une fausse interpellation "en direct". Ou la fabrication de témoignages, parfois arrachés sous la torture.

Un engrenage politico-judiciaire

A l'origine de cet acharnement, il y a d'abord Genaro Garcia Luna. A la manœuvre lors de l'arrestation de Florence Cassez, l'ancien ministre de la Sécurité publique et chef de l'Agence fédérale d'investigation (le FBI mexicain) jouait sa crédibilité – donc sa survie politique – sur le maintien en détention de la Française. Aujourd'hui écarté du pouvoir, il fait l'objet d'une enquête pour "obstruction à la justice".

Mais d'où toute cette affaire est-elle partie ? Tout désigne aujourd'hui Eduardo Margolis comme le pivot de l'affaire. Homme d'influence (notamment dans le milieu policier) à la réputation sulfureuse, il est un ancien associé de Sébastien Cassez, frère de Florence, alors dans les affaires au Mexique. L'homme, qui a ses entrées auprès des plus hauts fonctionnaires, avait promis de se venger après un contentieux commercial. Il apparaît d'ailleurs, dans le dossier, comme l'un des rares personnages en relation avec à peu près tous les protagonistes de cette affaire. Y compris Israel Vallarta, avec qui il était aussi en conflit.

Ce dernier, présenté comme le chef de la bande de kidnappeurs, croupit toujours en prison. Même s'il a été reconnu depuis que ses aveux ont été réalisés sous la torture et que son dossier, tout comme celui de Florence Cassez, regorge de contradictions... Il attend toujours son procès, depuis huit ans.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter