Laïcité : "un enseignant sur deux déclare s’être déjà autocensuré", relève Jean-Pierre Obin

Laïcité : "un enseignant sur deux déclare s’être déjà autocensuré", relève Jean-Pierre Obin

INTERVIEW - Cet ancien inspecteur général de l’Éducation nationale revient sur LCI sur le traumatisme causé par l’assassinat de Samuel Paty chez les enseignants. Mais aussi le phénomène d’autocensure, plus important depuis le drame, selon un sondage.

Un an après l’assassinat de Samuel Paty par un terroriste devant son collège de Conflans-Sainte-Honorine, l’Education nationale se souvient. Invité de LCI ce vendredi 15 octobre, Jean-Pierre Obin est ancien inspecteur général de l’Education nationale, et fut chargé d’une mission sur la formation des professeurs sur la laïcité à l’école. Il revient sur ce drame et notamment sur les conséquences déjà visibles au sein du corps enseignant. "Chacun se souvient du moment où il a appris cette terrible nouvelle et qui laissera une trace très durable parmi les profs, et en particulier les profs d’histoire géo."

Toute l'info sur

Samuel Paty, un an après

Un phénomène accru chez les plus jeunes

Un événement qui va avoir une incidence sur la manière d’enseigner, et visiblement sur le phénomène d’autocensure : "Dans l’immédiat, outre les témoignages de certains enseignants et en particulier ceux du collège de Conflans-Sainte-Honorine, un sondage de l’institut Jean Jaurès et de l’IFOP montre que le nombre d’enseignants, qui se sont déjà autocensurés par craintes d’incidents avec des élèves sur des questions religieuses, a fait un bond de 12 points entre avant et après l’attentat. Et atteint maintenant un enseignant sur deux, qui déclare s’être déjà autocensuré". 

Selon Jean-Pierre Obin, cette tendance est même accentuée chez les professeurs les plus jeunes. Par exemple, 78% des moins de 30 ans disent dans ce même sondage s’être déjà censurés face à des propos d’élèves. "Plus la carrière est courte, plus on s’est déjà auto-censuré." 

Lire aussi

Concrètement, cette autocensure parmi le corps enseignant se manifeste de plusieurs manières, d'après l'ancien inspecteur général : "Ça veut dire par exemple que lorsque des propos sont inadmissibles dans la classe, le professeur ne le relève pas par peur d’un incident". Pour ce Jean-Pierre Obin, "le fait que les enseignants sont très peu formés à la laïcité et aux valeurs de la République joue". 

Sa proposition de mieux préparer en amont les professeurs sur ces sujets a d'ailleurs été retenue par le ministre de l’Éducation nationale. Jean-Michel Blanquer a annoncé cet été la mobilisation de "1000 formateurs issus de toutes les académies et de tous les départements" et destinés aux personnels scolaires, dans le cadre d'un programme sur quatre ans.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary-sur-Mer : un homme de 30 ans retrouvé mort, deux personnes toujours recherchées

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

EN DIRECT - Covid-19 : Noël sans jauge, "c'est notre cap, notre objectif", assure Gabriel Attal

Le Covid, une simple bactérie ? Les autorités de Singapour démentent avoir dévoilé un "canular mondial"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.