Le "burkini" reste indésirable à Vallauris et Cagnes-sur-mer

Le "burkini" reste indésirable à Vallauris et Cagnes-sur-mer

DISCRIMINATION - L'interdiction du maillot de bain intégral musulman ou "burkini" a été validée ce lundi à Vallauris et Cagnes-sur-mer par le tribunal administratif de Nice. Pourtant d'autres communes, suivant l'avis du Conseil d'Etat, estiment, elles, que cette décision portent une « atteinte grave » aux libertés.

Un risque avéré d'atteinte à l'ordre public. Voilà ce que disent les tribunaux qui décident de maintenir les arrêtés anti-burkini. A l'image de Sisco qui maintient le sien jusqu'au 30 septembre, la justice a décidé, lundi 12 septembre, de laisser le burkini interdit à Vallauris et Cagnes-sur-mer.

Des gens qui criaient à la provocation

Concernant Vallauris, les juges niçois ont retenu une main courante de la police municipale et un rapport de CRS pour donner raison au maire, malgré l'avis du Conseil d'Etat sur le respect des libertés fondamentales. "Le 12 août 2016, la police municipale a été interpellée par des usagers de la plage du Midi qui se disaient outrés, criant à la provocation" du fait de la présence sur cette plage de deux femmes en "djellaba et voilées, laissant voir uniquement leur visage, dont une s'adonnant 

à la baignade", ont souligné les juges.


 A Cagnes-sur-Mer, c'est une "importante altercation" consignée dans un rapport de police municipale avant l'arrêté municipal qui a fondé le tribunal à approuver le maire.

"Avec ce type de raisonnement on interdirait les gays dans les quartiers homophobes pour préserver l'ordre", a réagi sur Twitter Me Sefen Guez Guez, l'avocat du Comité national contre l'islamophobie en France (CCIF) en annonçant 

un recours au Conseil d'Etat.   L'arrêté de Vallauris est en vigueur jusqu'au 19 septembre et celui de Cagnes-sur-mer jusqu'au 15 octobre.

Dans les Alpes-Maritimes,  d'autres tribunaux, suivant l'avis du Conseil d'Etat, estiment, elles, que cette décision  portent une "atteinte grave" aux libertés. Ainsi, le burkini est désormais autorisé à Nice, Eze, Villeneuve-Loubet, Menton, Cannes et Antibes, seule commune à n’avoir jamais pris de restriction envers ce maillot de bain intégral. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La polémique autour du burkini

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter