Le compte Twitter du "Monde" piraté dans la nuit par l'Armée électronique syrienne

SOCIÉTÉ

MÉDIAS - Le journal du soir a connu plusieurs tentatives d'intrusion ces derniers jours. Dans la nuit de mardi à mercredi, son compte Twitter a été brièvement hacké par des militants de "l'armée électronique syrienne".

Depuis quelques jours, le quotidien se savait menacé . Mardi déjà, Le Monde publiait un long article pour expliquer comment un groupe de hackers, qui se surnomme "l'armée électronique syrienne", avait déjà tenté de prendre le contrôle de son compte Twitter. En vain. Mais dans la nuit de mardi à mercredi, il semblerait pourtant que les pirates soient finalement arrivés à leur fin.

Ils avaient hacké le "back-office" du journal

Autour d'une heure du matin, cette nuit, le fil d'actualité du quotidien a en effet été envahi de messages tels que "je suis manipulé" ou "je ne suis pas Charlie" . Prévenue, la rédaction explique qu'elle a été contrainte de "suspendre son compte le temps de neutraliser l'attaque", ce qui a été fait quelques heures plus tard.

Pendant le week-end, ces derniers avaient déjà réussi à prendre le contrôle de plusieurs boîtes mails de salariés du journal. Ils avaient même réussi à s'introduire dans le "back-office" du quotidien, tentant de publier un article, mais n'y étaient pas parvenus. Sur leur compte Twitter, ils ont justifié leur piratage avec ces mots : "L'armée électronique syrienne condamne les attentats, mais @lemonde.fr et le gouvernement français supportent le terrorisme en Syrie".

La signature des pro-Assad

L'armée électronique syrienne est un groupe de pirates se revendiquant pro-Assad et s'attaquant aux grands médias internationaux, dans le but de publier des messages de propagande. En 2013 par exemple, ils avaient réussi à pirater le compte Twitter de l'agence Associated Press en annonçant que le président Barack Obama avait été blessé dans une explosion à la maison blanche. Une fausse information qui avait fait immédiatement plonger  Wall Street.

L'attaque des hackers n'est pas sans conséquences pour Le Monde. Le compte du quotidien aurait perdu, en à peine quelques heures,  plus de 320 000 abonnés .

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter