Le Dauphiné Libéré, un site porno selon le gouvernement indien

SOCIÉTÉ
TROP LIBERE – Selon le ministère des Télécommunications Indien, qui a recensé une liste de 857 sites pornographiques, celui du journal Le Dauphiné Libéré serait lui aussi jugé "répréhensible".

La rédaction du Dauphiné Libéré a pour recommandation "de ne pas s'exprimer sur le sujet". Dommage, car la raison de notre appel prêtait plutôt à sourire. Ce mardi 4 août, le portail internet du quotidien régional s'est retrouvé, par on ne sait quel tour de passe-passe, sur la liste du gouvernement Indien des sites pornographiques dont il aimerait voir l'accès interdit.

C'est le journal Le Monde qui a repéré cette information pour le moins étonnante. Dans une note confidentielle du ministère indien des Télécommunications, qui a fait l'objet d'une fuite sur Internet, on découvre ainsi une liste de sites jugés "répréhensibles", bloqués et prohibés au nom de "la morale".

"Interdisez le viol, pas le sexe"

Et parmi les 857 sites pornographiques recensés, voilà Le Dauphiné Libéré qui se promène. Sûrement objet d'une erreur, la présence de ce site d'information dans une telle liste reste un mystère et ne devrait pas manquer de décevoir les amateurs indiens de porno, si toutefois ils parviennent à y accéder.

Car derrière cette cocasserie se dessine une véritable "atteinte aux libertés individuelles", ainsi que l'ont affirmé de très nombreux internautes, parmi lesquels ces blocages intempestifs ont provoqué un tollé. Chetan Bhagat, auteur et chroniqueur indien, s'est ainsi fendu d'un tweet acerbe en direction du gouvernement :

"N'interdisez pas le porno. Interdisez les hommes qui reluquent, qui matent, qui se frottent, qui tripotent, qui agressent, qui attouchent, qui humilient et violent les femmes. Interdisez les rapports non consentis. Pas le sexe."

A LIRE AUSSI >> En Inde, un clip contre le viol fait un carton

Sur le même sujet

Lire et commenter