Le "dentiste boucher" qui avait mutilé ses patients livré à la justice française

SOCIÉTÉ
DirectLCI
JUSTICE - Mark van Nierop, ce Néerlandais de 50 ans soupçonné d'avoir mutilé des centaines de patients à Château-Chinon, dans la Nièvre (Centre), a été extradé par les Pays-Bas. Il doit être présenté à un juge d'instruction jeudi soir.

Les victimes du "dentiste de l'horreur" l'attendent de pied ferme. Mark van Nierop, ce Néerlandais de 50 ans soupçonné d'avoir mutilé des dizaines de patients quand il exerçait dans le centre de la France, a été extradé jeudi par les Pays-Bas, où il était emprisonné depuis son arrestation au Canada en septembre. Il doit être présenté dans la soirée à un juge d'instruction de Bourges.

LIRE AUSSI >> Nièvre : le dentiste aux 2800 patients mutilés arrêté au Canada

En mai 2013, celui que les médias ont également surnommé "le dentiste boucher" avait été mis en examen par la justice française après les dépôts de plainte de plusieurs dizaines de patients. Mais quelques mois plus tard, il s'était soustrait à son contrôle judiciaire pour s'envoler vers le Canada, où il avait finalement été rattrapé par un mandat d'arrêt international. Lors de son arrestation, il avait affirmé avoir tué sa seconde épouse en 2006 aux Pays-Bas et avait donc été extradé vers son pays d'origine. L'enquête sur cette affaire est toujours en cours.

Des dents saines arrachées sans raison

Mark van Nierop s'opposait à son extradition, assurant souffrir de "problèmes psychologiques" dont des "problématiques d'identité sexuelle et tendances suicidaires". Mais les autorités de son pays ne l'ont pas entendu de cette oreille.

En France, certains des 2.800 patients de ce dentiste ont souffert après ses soins de troubles allant "d'un début de septicémie à l'infarctus, en passant par toutes sortes de problèmes dentaires", selon le collectif de victimes. Avant de se faire oublier et de s'installer en novembre 2008 à Château-Chinon, dans la Nièvre (Bourgogne), Mark van Nierop était poursuivi aux Pays-Bas pour des faits similaires. Les médias néerlandais ont également fait état de dents saines arrachées sans raisons valable.

A LIRE AUSSI >> Le dentiste qui ne se lavait pas les mains expose 22.000 patients au VIH

Lire et commenter