Le premier TGV Paris-Toulouse a mis 9 heures à arriver au lieu de 4 (mais ce n'est pas sa faute)

DirectLCI
INOUÏ - Le nouveau TGV Océane, censé effectuer le trajet Paris-Toulouse en un temps record, est arrivé avec plus de quatre heures de retard ce dimanche. L'appareil n'est cependant pas en cause. Un autre train, tombé en panne sur le tronçon Bordeaux-Nice, a en effet perturbé le trafic.

Ils pensaient faire le voyage Paris-Toulouse en une heure de moins que d'habitude grâce au temps gagné sur la portion Paris-Bordeaux, à bord de la ligne LGV Paris-Bordeaux inaugurée samedi 1er juillet 2017 par le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot. 


Raté ! Les passagers du Paris-Toulouse de 8h59 ont mis huit heures et demi au lieu de quatre heures pour arriver à destination ce dimanche 2 juillet 2017. Le couac ne vient pas du nouveau fleuron de la SNCF -qui a effectué son trajet entre la capitale et la cité girondine sans problème en deux heures au lieu de trois auparavant- mais d'un autre train, un Intercité, tombé en panne sur le tronçon Bordeaux-Nice. 

En vidéo

Paris-Bordeaux : la LGV officiellement lancée

L'Intercité concerné en panne est resté bloqué sur les rails en raison d'un problème électrique affectant la locomotive après avoir passé Agen, à Pommevic, dans le Tarn-et-Garonne. Le trafic a dû être interrompu le temps de réparer la panne, selon les précisions données à l'Agence France Presse par la gendarmerie et les pompiers.


Le temps que tout revienne dans l'ordre, d'autres trains, dont le nouveau TGV, ont du être retenus en amont du lieu de l'incident, selon le site de France Bleu. Résultat, après avoir rejoint Bordeaux en un temps record, les passagers du Paris-Toulouse ont dû prendre leur mal en patience en restant bloqués des heures durant en gare de Bordeaux. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter