Le présentateur américain Charlie Rose licencié après des accusations de harcèlement sexuel

Le présentateur américain Charlie Rose licencié après des accusations de harcèlement sexuel

Société
SCANDALE - Aux Etats-Unis, le présentateur vedette Charlie Rose (75 ans) a été suspendu puis licencié de ses fonctions sur CBS et PBS après que huit femmes l'ont accusé de harcèlement sexuel et d'attouchements pour l'une d'entre elles. C'est le Washington Post qui a sorti cette nouvelle affaire.

C'est le présentateur star des chaînes CBS et PBS, aux Etats-Unis. Charlie Rose, vedette de télévision, a tout d'abord été suspendu lundi 20 novembre au soir par ses employeurs après que huit femmes l'ont accusé de harcèlement sexuel. Quelques heures plus tard, les deux chaînes ont annoncé mardi matin, heure locale, qu'il avait été tout simplement licencié.


Le scandale, dans la droite ligne de l'affaire Weinstein, a éclaté dans les colonnes du Washington Post, où sont publiés les huit témoignages accablants dénonçants des appels téléphoniques obscènes, des attouchements et des faits d'exhibition, entre 1990 et 2011. Ils proviennent d'anciennes employées ou de candidates pour l'émission éponyme de Charlie Rose sur PBS. 


L'enquête concernant le célèbre intervieweur n'est d'ailleurs pas terminée. Amy Brittain, la journaliste auteure de l'enquête, a indiqué lundi soir qu'elle avait d'ores et déjà été contactée par de nouvelles potentielles victimes. "Malheureusement, ma boite de réception est déjà inondée de messages de femmes qui ont eu de similaires et dérangeantes rencontres avec Charlie Rose (...) Notre enquête se poursuit", a ainsi twitté la journaliste.

Je suis extrêmement gênéCharlie Rose

Par voie de communiqué, le principal concerné a pris la parole : "Il est essentiel que ces femmes sachent que je les entends et que je suis profondément désolé d'avoir eu cette attitude inappropriée. Je suis extrêmement gêné. J'ai toujours pensé que les sentiments étaient partagés mais je réalise aujourd'hui que je me trompais. Je me suis parfois comporté sans délicatesse et j'en accepte la responsabilité, mais je pense néanmoins que toutes ces accusations ne sont pas exactes", a-t-il réagi. 

En vidéo

Weinstein mis au ban, les harceleurs épinglés sur les réseaux sociaux

Selon un sondage publié mardi par l'institut Quinnipiac, 60% des électrices américaines et 20% des électeurs indiquent avoir subi du harcèlement sexuel, le plus souvent sur leur lieu de travail.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

#BalanceTonPorc, le hashtag qui réveille les consciences contre le harcèlement

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter