Le taux de pauvreté baisse en France: une vraie bonne nouvelle?

Le taux de pauvreté baisse en France: une vraie bonne nouvelle?

Société
DirectLCI
INEGALITES - L'Insee a annoncé ce mardi matin la première baisse du taux de pauvreté en France depuis 2008. Mais l'association ATD Quart Monde souligne que l'ampleur de cette baisse n'est pas de nature à changer la situation des plus pauvres.

C'est une baisse infime, mais c'est la première en cinq ans. Le taux de pauvreté en France a reculé en 2013 de 0,3 points pour s'établir à 14% de la population, selon une étude de l'Insee publiée ce mardi. Ce qui signifie que les personnes les plus modestes ont connu la première augmentation de leur niveau de vie depuis le début de la crise en 2008.

A l'autre bout de l'échelle sociale, les personnes les plus aisées ont de leur côté vu leur niveau de vie diminuer, en raison d'une baisse marquée des revenus du patrimoine (dividendes, intérêts...) et de la hausse des impôts. Conclusion de l'Institut national de la statistique : "La réduction des inégalités, amorcée en 2012, s'est accentuée en 2013".

"Une diminution mathématique"

Enfin une bonne nouvelle dans la crise ? L'association ATD Quart Monde relativise, estimant qu'"il s'agit surtout d'une diminution mathématique". "Une baisse de 0,3% ne peut pas se constater sur le terrain, les pauvres n'ont pas du tout vu leur situation changer", a-t-elle réagi dans un communiqué. D'autant qu'en passant à 14%, le taux de pauvreté retrouve son niveau de 2010 mais ne revient pas à son niveau d'avant la crise, puisqu'il était de 13% en 2008.

Autre diminution constatée par l' Insee  : celle de l'"intensité" de la pauvreté. Là encore, faut-il y voir l'effet d'un recul de la crise ? Plutôt celui, précise l'institut, de la revalorisation de certaines prestations sociales destinées aux plus modestes (RSA et allocation logement, notamment). De la même manière, une augmentation des montants d'allocations chômage perçues fait des chômeurs la population parmi laquelle la pauvreté a le plus reculé (-1,4 point, à 37,3%). A la fin 2013, les personnes au chômage étaient en effet plus âgées en moyenne que fin 2012 : mathématiquement, elles avaient donc davantage cotisé avant de perdre leur emploi, et étaient donc mieux indemnisées.

Au total, le niveau de vie médian des 8,6 millions de personnes pauvres que compte toujours le pays a légèrement augmenté, pour se rapprocher du seuil de pauvreté. Ce seuil, qui correspond à 60% du niveau de vie médian de la population, s'est élevé à 1000 euros par mois. Reste que près de 65% des ménages bénéficiaires du Revenu de solidarité active socle (RSA) et 46% des ménages qui perçoivent le minimum vieillesse vivent toujours en dessous du seuil de pauvreté.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter