Plan de lutte contre les violences faites aux femmes : les associations féministes insatisfaites du budget alloué

DirectLCI
FINANCES - Après le discours d'Emmanuel Macron sur les violences faites aux femmes, les associations féministes se disent insatisfaites du budget alloué à la cause, pourtant décrétée "grande cause nationale" du quinquennat par le président.

Emmanuel Macron a prononcé ce samedi matin un discours de près d’une heure à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Il a proposé une répression accrue envers les auteurs de violence, une meilleure protection des victimes, a confirmé l’allongement à 30 ans du délai de prescription des viols sur mineurs, et a proposé de fixer à 15 ans l’âge de consentement minimum à un acte sexuel. Pour le financer, il a annoncé 420 millions d’euros de budget interministériel pour 2018. "Insuffisant" selon les associations féministes. En effet, elles réclament davantage de moyens, "le nerf de la guerre". Pour elles, ces 420 millions d’euros se révèlent "insuffisants" car ils ne font que s’appuyer sur l’existant.


L’association Osez le féminisme, qui dans un communiqué a salué certaines des mesures annoncées par le président, a toutefois jugé qu’en terme de budget "le compte n’y est pas". Car selon elle, "il n’est prévu aucun budget supplémentaire pour les droits des femmes". Caroline De Hass, fondatrice de l’association, estime qu'il faudrait allouer au moins un milliard d’euros à cette cause pour obtenir des effets tangibles.

Sur LCI, Caroline De Haas a déclaré : "Moi je ne sais pas comment on fait une cause nationale sans aucun budget supplémentaire. Le président de la République a répété ce que tout le monde sait, c’est-à-dire le montant du budget dédié au droit des femmes. Je rappelle que le ministère du droit des femmes est le plus petit budget de l’Etat, 30 millions d’euros, ça fait à peu près 1 euro par femme. Je ne sais pas comment on fait changer les mentalités de 60 millions de personnes dans ce pays sans aucun euro supplémentaire. Un discours avec des propositions intéressantes, pourquoi pas. Mais s’il n’y a rien pour les faire appliquer derrière, dans cinq ans on sera encore là."

En vidéo

Caroline De Haas ; "Je ne sais pas comment on fait changer les mentalités sans aucun euro supplémentaire"

L'Espagne citée en exemple

Toujours au micro de LCI, Fatima Benomar, cofondatrice des Effronté-e-s, a tenu le même discours : "Malheureusement on est assez sceptiques et déçues parce que, autant il y avait des propositions intéressantes, autant sur la question des moyens on n’est pas à la hauteur. Hier on s’est mobilisé en réclamant un milliard, ce n’est pas grand-chose. L’Espagne vient de débloquer un milliard contre seulement les violences sexuelles et sexistes au sein du couple. Et en Frace on reste toujours avec le plus petit budget de l’Etat" a-t-elle déclaré.

Le budget du secrétariat d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes est porté en 2018 à 30 millions d’euros puis sera "sanctuarisé" durant le quinquennat, selon l’Elysée. L’enveloppe interministérielle dédiée à cette question doit pour sa part être augmentée l’année prochaine à 420 millions d’euros.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter