Les bananes "mieux que bio" (mais pas bio) des producteurs antillais interdites de pub

Les bananes "mieux que bio" (mais pas bio) des producteurs antillais interdites de pub

FLOU - Une campagne de pub qui pouvait laisser entendre que les bananes de Martinique et de Guadeloupe sont bio a été interdite. La filière insiste pourtant sur la qualité de ses produits et réclame un meilleur contrôle des fruits bio importés d'Amérique.

"La banane française mieux que bio c'est possible" : vous n'êtes pas près de revoir cette publicité largement relayée ces dernières semaines dans la presse écrite, en ligne et à la radio. La diffusion de cette campagne de pub pour le compte de l’Union des groupements de producteurs de bananes de Guadeloupe et de Martinique (UGPban) est en effet désormais interdite, car elle brouille les pistes pour le consommateur. La filière, qui cherche à s'approcher du bio, dénonce de son côté la concurrence déloyale des producteurs d'Amérique latine. Explications.

Une campagne vécue comme une provocation

Ces spots de pub étaient censés vanter les mérites des bananes des Antilles françaises. Sauf que la mention "mieux que bio" n'a pas du tout plu au syndicat de l'agroalimentaire bio (Synabio). Celui-ci a estimé qu'il s'agissait "d'un détournement d'usage d’un signe officiel de qualité et d’une communication opportuniste visant à profiter de l’engouement des consommateurs pour [le] bio". Si bien qu'il a saisi le Tribunal de grande instance de Paris et obtenu gain de cause : la filière de la banane antillaise a été condamnée à retirer sa campagne. 

Une volonté, au contraire, de s'approcher du bio

Certes, sauf exception, la culture des bananes en Guadeloupe et en Martinique n'est pas estampillée bio mais les producteurs ont fait des efforts considérables pour s'en rapprocher, en réduisant notamment de 61% ces dix dernières années l'usage des pesticides, selon l'UGPban. Ceux-ci "ne se battent pas contre le bio, bien au contraire", assure le groupement dans un communiqué de presse. Difficile cependant d'obtenir le label bio quand la réglementation européenne impose un cahier des charges adapté aux cultures continentales et européennes, loin du climat des Antilles et des parasites tropicaux, qui nécessitent l'usage de produits phytosanitaires.

La dénonciation du flou sur le bio importé

Les 600 producteurs français réunis au sein de l'UGPban se disent d'ailleurs victimes à leur tour de la "concurrence déloyale" des "fausses" bananes bio issues de pays extérieurs à l'Union européenne. Selon eux, le jeu des équivalences leurs permet d'obtenir le label européen alors qu'elles sont cultivées avec des produits phytosanitaires diffusés par avion et interdits en Europe. Mais dès l'instant où ces fruits venus du Costa-Rica, de République dominicaine, de Colombie ou du Pérou, par exemple, répondent au cahier des charges bio dans leurs pays, ils peuvent facilement obtenir cette reconnaissance aussi en Europe, regrettent les intéressés. 

Lire aussi

En vidéo

LES ALIMENTS BIO À BAS PRIX SONT-ILS DE QUALITÉ ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 12.096 personnes hospitalisées dont 2191 en soins critiques

Présidentielle 2022 : blessé au poignet en début de meeting, Éric Zemmour porte plainte

Un vaccin qui "n'empêche pas la transmission", est-ce vraiment "du jamais-vu depuis Pasteur" ?

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Protocole sanitaire de niveau 3 à l'école primaire : ce que ça change

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.