Attention, les "bitumeurs irlandais" sont de retour : la gendarmerie lance un appel à la vigilance

Attention, les "bitumeurs irlandais" sont de retour : la gendarmerie lance un appel à la vigilance

DirectLCI
ARNAQUE - Ils vous proposent de goudronner votre cour à bas coût... puis se volatilisent après un travail plus que bâclé. Ceux que l'ont surnomment les "bitumeurs irlandais" sont de retour en France, après plusieurs signalements dans l'Allier. Les gendarmes appellent à la vigilance.

"Nouvelle alerte aux bitumeurs irlandais", "Le gang des bitumeurs irlandais a frappé le Tarn", "Les bitumeurs irlandais de retour"… Ils font les gros titres et à chaque fois, le scénario est identique. Un, voire plusieurs hommes, avec un fort accent anglo-saxon, viennent sonner chez vous. Très pressants et persuasifs, ils vous proposent de goudronner votre cour ou votre chemin pour un prix défiant toute concurrence. La condition ? Payer avant la mise en chantier, et en liquide. Le travail, lui, est souvent baclé et les matériaux de mauvaise qualité. Une arnaque contre laquelle les gendarmes mettent aujourd’hui en garde.

"Entre le 24 avril 2017 et le 25 avril 2017, des démarcheurs ont été signalés sur les communes de Vaux (03), Bizeneuille (03) et Terjat (03), indique la gendarmerie de l'Allier sur sa page Facebook. Soyez vigilants, n’acceptez pas la transaction même si cela vous paraît tentant".  La maréchaussée invite tous les habitants, et particulièrement les personnes âgées, à "relever les renseignements relatifs au(x) véhicule(s), aux individus" et à appeler, sans attendre, les forces de l’ordre. 

Europol lancé sur leurs traces

Les bitumeurs irlandais sévissent en France depuis les années 1990. Mais depuis 2006, la récurrence de leurs arnaque prend de l'ampleur. Issus de la communauté des voyageurs, qui compte plus de 30.000 membres dans le sud de l'Irlande, ils seraient des centaines à sillonner l'Hexagone. Privilégiant les zones rurales, ils se déplacent pour la plupart en camping-cars immatriculés dans leur pays. Ces arnaqueurs résident au gré de leurs déplacements dans des campings et aires de repos.


Si les prix sont alléchants au départ, la facture devient finalement très salée à la tombée de la nuit, lorsque les travaux sont terminés. Et pour les récalcitrants, une flopée de gros bras est appelée à la rescousse. L'argent amassé, lui, rejoindrait les poches des chefs de clan et serait réinvesti en Irlande ou blanchi pour créer de fausses structures commerciales en France. Si les gendarmes les ont à l'œil, il en est de même pour Europol, qui recense les traces de leurs activités criminelles dans quatorze États membres de l'Union.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter