"Les chambres à gaz… dommage": Dieudonné devant la justice

SOCIÉTÉ

TRIBUNAL - Le polémiste Dieudonné doit être jugé ce mercredi à Paris pour des propos tenus en 2013 à l'encontre du journaliste de France Inter Patrick Cohen.

"Quand je l'entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz... dommage." Ces propos, tenus par Dieudonné en 2013, n'avaient pas manqué de choquer beaucoup de Français. Manuel Valls, alors ministre de l'intérieur, allant jusqu'à demander aux préfets d' interdire son spectacle . Ce mercredi, ces même propos pourraient valoir à l'humoriste jusqu'à un an de prison et 45.000 euros d'amende pour "incitation à la haine raciale".

EN SAVOIR + >> Dieudonné, Patrick Cohen et les chambres à gaz : que risque l'humoriste ?

"Un échange, vif, certes"

Dieudonné n'en est pas à son coup d'essai. A 48 ans, il est déjà passé plusieurs fois devant les juges pour des propos controversé. Vendredi dernier encore, il a été condamné à 6000 euros d'amende pour avoir lancé sur Internet, fin 2013, un appel aux dons pour payer de précédentes amendes. Et le 4 février, il est convoqué devant le tribunal correctionnel de Paris pour un message Facebook dans lequel il écrivait "je me sens Charlie Coulibaly" , en référence au terroriste qui a attaqué un supermarché casher à Paris le 9 janvier.

Dans l'affaire des chambres à gaz, Dieudonné entend plaider la relaxe. Il assure vouloir "replacer l'affaire dans son contexte" : selon lui, ces propos relèveraient "d'un échange, vif certes, mais un échange" à distance avec le journaliste. "Nous allons voir exactement les propos de M. Cohen", a expliqué l'un de ses avocats, Me Sanjay Mirabeau, qui dit avoir renoncé à faire citer le journaliste comme témoin "pour la sérénité des débats et pour ne pas instrumentaliser le tribunal".

EN SAVOIR +
>>  Où s'arrête la liberté d'expression en France ? >> Dieudonné placé en garde à vue pour apologie du terrorisme

Lire et commenter