Les cinq choses que vous ne savez peut-être pas sur Adolf Hitler

Les cinq choses que vous ne savez peut-être pas sur Adolf Hitler
SOCIÉTÉ

HISTOIRE – Alors que ce jeudi 30 avril signe les 70 ans de la mort d'Adolf Hitler, metronews revient sur cinq mystères ou informations étonnantes entourant le plus grand criminel de l'humanité.

Il aurait été shooté à la métamphétamine
Hitler était un grand hypocondriaque, affirme un rapport secret de l'armée américaine révélé il y a deux mois par la chaîne de télévision britannique Channel 4. Selon ce document de 47 pages , le Führer, qui avalait des sédatifs pour s'endormir, se gavait de stimulants pour rester éveillé la journée. Dans les dernières années de la Seconde Guerre mondiale, il aurait en particulier été accro à la méthamphétamine, l'une des drogues les plus addictives, couramment donnée aux soldats allemands sur le front.

  La légende du testicule unique
En 1968, un journaliste russe révèle les résultats de l'autopsie pratiquée par les Soviétiques sur le cadavre partiellement brûlé d'Hitler après son suicide le 30 avril 1945. Une nouvelle retient alors particulièrement l'attention : les médecins n'auraient pas trouvé trace de son testicule gauche. Une invention pour le discréditer un peu plus ? C'est ce vers quoi tend l'historien François Delpla, que metronews a interrogé dans le cadre d'un article sur le documentaire de France 5 "Hitler, mon grand-père". "Toute une littérature en a aussitôt déduit, sans le prouver, que c'était également le cas de son vivant et que cela expliquait sa personnalité." Mais même si c'était vrai, poursuit le spécialiste du IIIe Reich, "le fait de n'avoir qu'un testicule n'empêche absolument pas d'être puissant !"

A LIRE AUSSI >> L'incroyable énigme du prétendu fils caché français d'Hitler

Ses trois arrière-petits neveux vivent paisiblement aux Etats-Unis
S'il n'a pas eu d'enfant, du moins officiellement puisque "Hitler, mon grand-père" revient sur l'histoire de son prétendu fils français, trois descendants directs de sa famille vivent encore aux Etats-Unis . Le père du dictateur, Alois Hitler, avait en effet eu un fils d'un premier mariage : Alois junior. Plusieurs journalistes sont parvenus ces dernières années à retrouver les trois arrière-petits enfants de ce donc demi-frère du Führer, qui vivent paisiblement à Long Island, après avoir changé de nom – les Hitler sont désormais les Stuart-Houston. C'est ainsi le cas d'Emmanuel Amara, auteur du récent documentaire "Le serment des Hitler". On y apprend que deux des arrière-petits-neveux, Louis et Brian, vivent ensemble et ont monté une petite entreprise de jardinage. L'aîné Alexander, travailleur social aujourd'hui âgé de 65 ans, vit presque reclus. On a beaucoup dit que ces frères avaient fait le serment de ne jamais avoir d'enfant, afin que les gènes du plus grand criminel de l'Histoire disparaissent à jamais. Ce pacte ne serait en fait qu'une légende. "Nous n'avons qu'une règle. Ne jamais parler aux journalistes", avait lancé Alexander à Emmanuel Amara.

Un présumé fragment de son crâne conservé à Moscou
Que sont devenus les restes d'Adolf Hitler ? La question fait l'objet d'une bataille entre Russes et Américains. Les premiers ont toujours affirmé qu'ils avaient conservé un morceau de mâchoire et un fragment de crâne du leader nazi. Le second avait même été présenté pour la première fois en 2000 lors d'une exposition à Moscou. Neuf ans plus tard, des scientifiques américains ont toutefois remis en cause son authenticité. Ces chercheurs de l'université du Connecticut ont en effet affirmé avoir prélevé des échantillons d'ADN sur l'os, concluant qu'il appartenait en fait à une femme âgée de 20 à 40 ans. Des résultats contestés par les Russes.

Il suivait un régime alimentaire particulièrement strict
Une femme contrainte durant la guerre de devenir l'une des "goûteuses" de Hitler , Margot Woelk, a récemment raconté dans les colonnes du Daily Mail et du Time les deux années de sa vie pendant lesquelles elle était au service du Führer. Chargée de goûter ses plats pour détecter d'éventuelles traces de poison, celle qui est aujourd'hui nonagénaire a notamment rapporté le régime ultra-strict que s'imposait l'homme qui faisait trembler le monde. Le leader nazi était en effet alors végétarien, ne consommant ni viande ni poisson, mais des produits frais en majorité. Il s'interdisait également la cigarette et l'alcool.

Lire et commenter