Les communautés religieuses de Bordeaux se réunissent à l'église en hommage au père Hamel

Les communautés religieuses de Bordeaux se réunissent à l'église en hommage au père Hamel

L'église Notre-Dame a accueilli des personnes et représentants de toutes communautés pour un moment de recueillement. Ce rassemblement avait pour but d'apporter de la solidarité et de l'apaisement.

Un moment de recueillement. Environ 400 personnes de toutes confessions et les représentants des communautés catholique, protestante, bouddhiste, israélite et musulmane ont participé samedi à l'église Notre-Dame de Bordeaux à "un temps de recueillement et de prière" à la mémoire du père Jacques Hamel, assassiné le 26 juillet par deux terroristes djihadistes.

Le père Jean Rouet, vicaire général du diocèse de Bordeaux, a d'abord invité les représentants des différentes communautés religieuses à une prise de parole dans l'église, puis a invité les participants, dont de nombreux membres de la communauté musulmane, hommes, femmes et enfants, à se tenir la main et, "chacun selon sa foi et ses convictions, à se recueillir longuement".

"La sécurité doit agir, mais la parole religieuse doit apaiser"

"C'est un moment important où toutes les religions doivent se réunir pour affronter cette aberration qui a touché hier les juifs, touche aujourd'hui les catholiques et touchera peut-être demain les musulmans, d'un terrorisme aveugle, nihiliste et destructeur, dont le but est de semer la division. La meilleure réponse est de se rencontrer, de distribuer une parole d'apaisement", a déclaré à la presse l'imam de la mosquée de Bordeaux, Tareq Oubrou.

A LIRE AUSSI >>  Les musulmans de Saint-Etienne-du-Rouvray ne veulent pas d'Adel Kermiche

"Le droit doit s'appliquer, la sécurité doit agir, mais la parole religieuse doit apaiser, rassurer. Et c'est dans cette perspective que je suis ici", a-t-il ajouté. Selon lui, "il y a dans la communauté musulmane un besoin de s'ouvrir plus que jamais, de ne pas succomber au repli qui est le but de ce terrorisme qui veut isoler les musulmans du reste du monde". Il a appelé "chaque musulman à être un mass média pour donner une bonne image de sa religion ternie par ce genre de crime. Dans l'entreprise, la rue, l'école, les musulmans doivent apaiser à travers des sourires, l'action sociale", a estimé M. Oubrou.

Pour Albert Roche, président du Conseil représentatif des institutions juives Bordeaux-Aquitaine, "c'est fondamental aujourd'hui d'être présents, de se parler, se donner la main. Il faut montrer sa solidarité et nous, juifs de France, devons participer à cette commémoration et dire non à cette barbarie".

A LIRE AUSSI 
>> 
Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : deux gardes à vue toujours en cours, une garde à vue levée >>  Saint-Etienne-du-Rouvray : l’enquête se recentre autour d’Abdel-Malik Petitjean, le second tueur identifié
>>  Le père d'Abdel Malik Petitjean : "Ils lui ont retourné le cerveau en trois mois"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : en Allemagne, les restrictions contre les non-vaccinés divisent

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

Variant Omicron et 5e vague du Covid : un nouveau conseil de défense sanitaire prévu lundi

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.