Pour Christiane Taubira, il est temps que les hommes "fassent l’expérience de la minorité" dans l'exercice du pouvoir

 Pour Christiane Taubira, il est temps que les hommes "fassent l’expérience de la minorité" dans l'exercice du pouvoir
SOCIÉTÉ

FÉMINISME - Invitée de l’Institut français de Montréal pour la Nuit des idées jeudi dernier, Christiane Taubira a plaidé pour une place majoritaire des femmes aux postes de pouvoir. Elle en a également profité pour défendre la vague #BalanceTonPorc et répondre aux propos de Catherine Deneuve.

Christiane Taubira l’affirme, le moment est venu pour les femmes de prendre possession des postes de pouvoir. Présente à Montréal lors de la Nuit des idées organisée par l’Institut français, l’ancienne garde des Sceaux a estimé qu’il fallait exercer un basculement entre la place des hommes et des femmes dans l’exercice du pouvoir. 

Selon elle, "les femmes composent aujourd’hui 53% de la population mondiale, il est temps maintenant que les hommes fassent l’expérience de la minorité". "Le premier endroit où ils peuvent et doivent le faire, c’est dans l’exercice du pouvoir", affirme-t-elle dans les colonnes de Libération.

Trouver et dénoncer les abus sur les réseaux sociaux

Interrogée sur la place des campagnes #MeToo et #BalanceTonPorc dans ce processus de mettre fin à une certaine idée du "pouvoir" masculin, elle a salué ces initiatives et souhaité que les femmes se sentent encore plus protégées et soutenues dans la lutte contre le harcèlement sexuel. Concernant les critiques à propos du climat de délation que le phénomène peut engendrer, l’ancienne ministre répond : "il y a sûrement dans le mouvement #MeToo de la délation, des abus, des fantasmes. Qu’on les trouve et qu’on les dénonce. Mais ne remplaçons pas l’évènement par sa marge et ne discréditons pas tout un moment essentiel de la lutte des femmes pour leur citoyenneté, pour leur égalité dans l’espace public, à cause de la marge".

En vidéo

JoeyStarr sur #Balancetonporc : "Est-ce qu’on ne va pas se retrouver comme en 39 ?"

La pétition sur le droit d'importuner "complètement hors-sujet"

Christiane Taubira est également revenue sur la tribune publiée dans Le Monde et signée entre autres par Elisabeth Lévy ou Catherine Deneuve. Selon elle, celle-ci est "complètement hors-sujet". "Le harcèlement dénoncé par les femmes aujourd’hui, ce n’est pas le jeu de l’amour et du hasard. Ce n’est pas du marivaudage, ce n’est pas l’histoire de femmes qui sont armées psychologiquement, intellectuellement, mentalement et même juridiquement pour se protéger".

Lire aussi

Toute l'info sur

#BalanceTonPorc, le hashtag qui réveille les consciences contre le harcèlement

Pour l’ancienne ministre, il s’agit de femmes "qui sont confrontées à l’exercice le plus arrogant et le plus cynique du pouvoir institutionnel, économique, hiérarchique, financier et du pouvoir de genre". Et de déplorer que "même avec toutes les lois possibles, certains hommes seront toujours des goujats et certaines femmes penseront toujours qu’il est acceptable d’importuner".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent