Les "invisibles" appellent à manifester pour interdire les licenciements, le 19 juin

Les "invisibles" appellent à manifester pour interdire les licenciements, le 19 juin

EMPLOI - Des syndicats du public et du privé ont appelé, mercredi 9 juin, à manifester contre les nombreuses suppressions de postes annoncées suite à la crise du Covid-19. Ils demandent l’interdiction des licenciements.

"Nous ne voulons pas payer leur crise !". Ce sont les syndicats d’une multitude de secteurs qui ont appelé, mercredi 9 juin à s'opposer à la multiplication des plans sociaux depuis le début de la crise du Covid-19. Une manifestation sera organisée le 19 juin à Paris entre le siège du Medef et Matignon.

Les syndicats mettent en avant les suppressions de postes dans de nombreuses entreprises, publiques comme privées. "Le but ultime, c'est de regrouper toutes les forces. On a des postiers, des salariés de Monoprix, des agents de voyages, des camarades de la culture, des services à la personne...", a revendiqué Djaffar Razkallah, secrétaire général CGT chez le voyagiste TUI France.

Contre ces mesures, les syndicats demandent "l'interdiction des licenciements, l'arrêt des suppressions de postes sous toutes les formes dans le public et le privé, ainsi que l'abandon de la réforme de l'assurance chômage".

Licenciements chez TUI, SFR, la Poste : "Il faut frapper ensemble"

Parmi les participants au mouvement, on compte plusieurs corps issus d’institutions qui ont annoncé des plans sociaux. Ce sera le cas de la Poste, la Banque de France, la santé ou le ministère du Travail. "La fusion des hôpitaux Beaujon et Bichat pour créer un grand site à Saint-Ouen va supprimer 300 lits. Derrière, des postes seront supprimés. Pour limiter les dépenses publiques, on continue d'externaliser parce qu'on ne veut pas taxer les entreprises", a, par exemple, justifié Muriel Signor, de Sud Santé Sociaux 93.   

"Est-ce que ce sera une grande gifle portée le 19 juin au visage de ce gouvernement ? Il faut frapper ensemble, a appelé Gaël Quirante de SUD Poste 92. Quand on vote ces plans de sauvetage qui ont bien servi les Drahi, Arnault et Bettencourt, on aide les patrons à maintenir les profits et les licenciements", a-t-il poursuivi.

Lire aussi

Du côté du privé, TUI France, par exemple, prévoit 573 suppressions de postes sur 904. Le 23 janvier dernier, déjà à l'appel des salariés de TUI, 1.400 personnes avaient défilé entre l'Assemblée nationale et le Medef pour réclamer "l'interdiction des licenciements".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Même infraction, même sanction" : après la gifle d'Emmanuel Macron, les policiers montent au créneau

Variant Delta : "épée de Damoclès" au-dessus de l’embellie sanitaire en France

Covid-19 : les contaminations repartent à la hausse au Royaume-Uni, la faute au vaccin AstraZeneca ?

Un prix Pulitzer spécial pour Darnella Frazier, qui avait filmé le meurtre de George Floyd

Euro : le calendrier détaillé des retransmissions TV de tous les matchs

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.