Les Jardins de l'Empereur, ce quartier d'Ajaccio au cœur des tensions

Les Jardins de l'Empereur, ce quartier d'Ajaccio au cœur des tensions

ZONE SENSIBLE - Le quartier populaire des Jardins de l'Empereur, à l'ouest d'Ajaccio, est au cœur des tensions depuis le guet-apens tendu jeudi soir à des pompiers en pleine intervention. Jugé sensible, ce quartier, qui compte tout juste un millier d'habitants, n'avait pourtant jamais été le théâtre de tels débordements.

Il n'est que l'un des dix quartiers d'Ajaccio, et il est pourtant le quartier de France le plus montré du doigt depuis jeudi soir. Classé "zone urbaine sensible" (ZUS) depuis bientôt vingt ans, le secteur des Jardins de l'Empereur est au cœur de toutes les tensions. Durant le réveillon de Noël, des pompiers en intervention pour un incendie sont tombés dans un guet-apens et ont été pris pour cibles. Des débordements qui ont suscité des manifestations vendredi et samedi, en marges desquelles une salle de prière musulmane a été mise à sac, et des slogans racistes proférés dans les rues de cette cité où la moitié de la population est d'origine étrangère.

Le quartier des Jardins de l'Empereur, quadrillé ce dimanche par les forces de l'ordre qui tentaient ainsi d'empêcher une nouvelle manifestation , n'avait jamais été auparavant le théâtre de violences de cette ampleur à l'égard des pompiers, comme cela a pu être le cas dans d'autres cités françaises. "Une grande première", assurait ainsi un officier du service départemental d’incendie et de secours de la Corse du Sud, interrogé par LeMonde.fr . A en croire un policier, interrogé par le même quotidien, le niveau de délinquance dans ce quartier "est largement inférieur à celui constaté ailleurs en France".

"Relativement tranquille", mais…

Dimanche, le préfet de Corse, Christophe Mirmand, relativisait d'ailleurs auprès de la presse le climat d'insécurité prêté depuis jeudi à ce quartier défavorisé d'Ajaccio : "C'est un quartier dans lequel se déroule de façon sporadique des incidents qu'il faut relativiser. Habituellement, ce quartier est relativement tranquille, si on s'en tient aux indicateurs de délinquance." Il reconnaissait toutefois des précédents : "Il y a déjà eu par le passé des jets de pierres contre des fonctionnaires de police qui effectuaient leur travail." Et annonçait un "plan d'action" pour lutter contre la délinquance dans le secteur. En remontant dans le temps, on constate des actes de délinquance à l'image des voitures brûlées dans le secteur en mai 2015 , ainsi que de trafics de drogue, à l'instar d'autres quartiers.

Selon  une étude de l'Insee de 2011 , ce secteur est l'un des trois les plus déshérités d'Ajaccio. Comme le soulignait le préfet dimanche, il s'étend sur un périmètre assez modeste : 480 logements pour un millier d'habitants (à comparer, par exemple, aux 13.000 habitants de la cité de la Grande-Borne, à Grigny, dans l'Essonne). Il compte une moitié de locataires, contre une moitié de propriétaires, selon l'Insee, une surreprésentation du chômage, des jeunes (plus du tiers a moins de 29 ans) et des emplois non qualifiés, avec un revenu médian dépassant tout juste le millier d'euros. Selon la municipalité d'Ajaccio , une bonne partie des logements de cette ZUS sont considérés comme "indignes". Les tensions ? Elles seraient fréquentes, si l'on s'en tient aux témoignages d'habitants. A l'instar de ce résident d'origine marocaine, qui racontait dimanche matin à l'AFP : "Les jeunes font la loi ici. Quand on leur dit quelque chose, c'est 'ferme ta gueule sinon je brûle ta voiture'." D'après un autre habitant, "c'est un tout petit groupe de jeunes" qui serait à l'origine des troubles. "Les parents abandonnent, le problème, c'est l'éducation." Le quartier fait partie des zones prioritaires retenues par la loi pour la ville et la cohésion urbaine de février 2014.

EN SAVOIR +
>> Corse : une salle de prière musulmane saccagée à Ajaccio

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

"Nos aînés ont raison" : nouvelle tribune de militaires sur le risque d'une "guerre civile" en France

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : l'interview poignante de Valérie Bacot dans "Sept à Huit"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.