Les Lilas : une fiche technique de l'agence immobilière Laforêt précise "pas de Noir"

DirectLCI
DISCRIMINATION - Un internaute a rendu publique la fiche technique d'un appartement, mis en location par l'agence immobilière Laforêt des Lilas, qui précisait que le locataire devait être de "nationalité française et pas Noir". Le Défenseur des droits a ouvert une enquête.

"Attention, important pour la sélection des locataires : nationalité française obligatoire, pas de Noir". Tels sont les principaux critères de la fiche technique d’un appartement mis en location à Levallois-Perret, par l’agence immobilière Laforêt des Lilas. Photographiée par un potentiel locataire à l’occasion d’une visite le 25 novembre, elle a été mise en ligne sur Twitter pour dénoncer le caractère discriminatoire et raciste de la sélection des candidats. "Assez choqué",  Moustapha "demande des explications" mais l’agent immobilier en charge de la visite lui répond que "ce n’est pas de sa faute, ni de son ressort", rapporte France Info

Contactée par le média, l’agence en question essaie de s'expliquer comme elle peut. Laurent Balestra, responsable de l'agence, explique avoir eu vent "de cette histoire" et... reporte la faute sur une "collaboratrice qui ne fait plus partie de l'entreprise." C'est "sur injonction de la propriétaire qui est raciste" que l'agent, "naïve et mal formée a retranscrit sans savoir". "Outré" par cette affaire, assure-t-il à France Info, le responsable affirme donner des "directives" pourtant claires à ses employés : "Si un client est raciste", le "dossier est refusé".  "On est aux Lilas, dans le 93, on ne peut pas se permettre ça". Ailleurs, on aurait pu ?

Laforêt s'excuse sur Twitter

Peu avant midi ce mardi et plus d'un mois après la publication de la fiche technique sur Internet, le siège de Laforêt a présenté ses "plus sincères excuses" sur Twitter. "Nous sommes consternés par cette information et trouvons cela tout à fait inadmissible et inapproprié (...). Des valeurs telles que l'égalité, la diversité et le respect d'autrui font parties de nos principes fondamentaux". 

Le Défenseur des droits s'autosaisit

Jacques Toubon, le Défenseur des droits, a annoncé que l'institution s'était autosaisie de l'affaire. Elle entend enquêter à la fois auprès de l'agence et auprès du propriétaire de l'appartement.  


De son côté, l'association Maison des potes-Maison de l'égalité a annoncé avoir déposé plainte contre l'agence et le propriétaire pour "subordination d'offre locative à un critère de nationalité et de couleur de peau". 

Piqûre de rappel

Comme le rappelle le Huffighton Post, un agent immobilier avait déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à 2000 euros d'amende en 2013, pour avoir discriminé une femme portant un nom à consonance étrangère. Différents textes de loi définissent et condamnent la discrimination ou le racisme. 


Au hasard, l’article 225-1 du Code pénal, selon lequel "constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, [...] de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation ou identité sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion déterminée".

Si vous êtes, ou avez été, victime de racisme, le gouvernement a mis en place un numéro d'assistance : cliquez ici.

En vidéo

Un texte faisant du racisme, de l'antisémitisme une circonstance aggravante "d'ici à la fin de l'année"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter