Les médecins généralistes sont-ils vraiment insuffisamment payés ?

Les médecins généralistes sont-ils vraiment insuffisamment payés ?

DirectLCI
ZOOM – Les médecins réclament que le tarif de la consultation chez un généraliste passe de 23 à 30 euros, car ils s'estiment trop peu rémunérés. A raison ? Metronews fait le point.

"Vous croyez que c'est normal de payer un médecin 23 euros alors que quand on fait venir un technicien pour réparer sa chaudière, on paie tout de suite 125 euros et 30 ou 40 euros le déplacement ?", s'indignait en mai dernier sur Sud Radio le député Les Républicains Bernard Debré, lui-même urologue. Ce ne sont pas ses collègues médecins qui lui donneront tort. Alors qu'ils luttent depuis plusieurs mois pour des revalorisations tarifaires, leur principale organisation, la Confédération des syndicats médicaux français ( CSMF ), a réclamé mercredi que le tarif de la consultation en secteur 1 des généralistes et des spécialistes soit relevé à 30 euros, contre 23 euros pour les premiers et 28 euros pour les seconds aujourd'hui. "Le tarif de 23 euros est déconnecté de la réalité quotidienne du médecin généraliste, a fait valoir le président de la CSMF, Jean-Paul Ortiz. C'est l'une des raisons majeures de la crise profonde exprimée par les médecins et de la désaffection pour la médecine générale".

En matière d'appréciation d'un salaire, tout est évidemment relatif et dépend du point de vue adopté : tandis qu'une partie de l'opinion peut s'agacer face à de telles revendications, en estimant les médecins bien lotis, ceux-ci mettent en avant leurs qualifications élevées, la lourdeur de leurs responsabilités et de leur tâche, la grande majorité d'entre eux travaillant plus de 50 heures par semaine. Alors, les médecins ont-ils raison de s'estimer peu considérés ?

Ils sont moins bien rémunérés que les spécialistes...

Une étude de l'INSEE parue en février dernier mettait en évidence l'importance des écarts de rémunérations entre généralistes et spécialistes : avec 82.020 euros par an en moyenne - soit un salaire moyen net de 6835 euros par mois -, les premiers disposent du revenu le plus faible parmi les médecins libéraux, tandis que celui des radiologues culmine en moyenne à 189.770 euros, juste devant les anesthésistes (189.660 euros) et les chirurgiens (176.840 euros). De quoi donner aux 57.000 généralistes de France (parmi lesquels il peut également y avoir de fortes disparités salariales) le sentiment d'être les parents pauvres de la médecine, même s'ils talonnent les psychiatres (84.470 euros) et les pédiatres (86.160 euros).

… Et que la plupart de leurs collègues étrangers

Dans son Panorama de la santé 2013 , l'OCDE avait comparé, dans 22 pays occidentaux, la rémunération des médecins par rapport au salaire moyen en vigueur dans chacun de ces Etats. Résultat sans appel : la France arrivait en queue de peloton, les généralistes libéraux y gagnant "seulement" 2,1 fois le salaire moyen national, contre un écart de 3,4 en Grande-Bretagne, pays en tête, et de 3 aux Pays-Bas et en Irlande. Seuls les généralistes libéraux australiens (écart de 1,7 avec le salaire moyen dans leur pays) faisaient moins bien. Gros bémol toutefois : l'étude soulignait que la comparaison des données françaises avec celles des autres pays était à prendre avec des pincettes, puisque celles utilisées pour la France correspondaient à un revenu net, et non brut comme ailleurs.

Mais ils gagnent autant qu'un cadre supérieur issu d'une grande école

En 2011, deux économistes de l'Université Paris Dauphine, Brigitte Dormont et Anne-Laure Samson, avaient publié une étude comparant les revenus des médecins généralistes à ceux des cadres supérieurs diplômés des grandes écoles. S'ils soulignaient un manque à gagner pour les premiers en début de carrière, du fait de leurs études plus longues, leurs travaux notaient que celui-ci était compensé par la suite grâce à un revenu supérieur. Au final, concluaient-ils, les "médecins généralistes ont des revenus de même niveau que celui des cadres supérieurs". Mais là encore, tout est relatif.

LIRE AUSSI >>
Contradictoires, les Français ? Ils sont pour le tiers payant... et derrière les médecins en grève, selon un sondage
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter