Les policiers conserveront leurs armes hors service après l'état d'urgence

Les policiers conserveront leurs armes hors service après l'état d'urgence

MESURE – Les syndicats ont obtenu mardi du ministre de l'Intérieur de conserver leurs armes hors service après l'état d'urgence.

L'émotion était très forte ce mardi au sein des représentants des forces de l'ordre, au lendemain du double assassinat de deux fonctionnaires de police perpétré par un djihadiste à Magnanville. Les syndicats de police ont été reçus dans la journée au ministère de l'Intérieur par Bernard Cazeneuve.

Plus d'armes, plus d'anonymat

Au sortir de leur rencontre, ces derniers ont annoncé avoir obtenu que les policiers puissent continuer de conserver leurs armes sur eux hors service et sur la base du volontariat après la fin de l'état d'urgence, prévu le 26 juillet prochain, a indiqué Yves Lefebvre, secrétaire général d'Unité SGP-FO. Cette mesure de protection des fonctionnaires, présentée aussi comme pouvant s'appliquer à la population, avait été prise suite à la mort de trois policiers  – Franck Brinsolaro, Ahmed Merabet et Clarissa Jean-Philippe – lors des attentats de janvier 2015.

EN SAVOIR +
>>  Après Magnanville : peut-on s'habituer à l'horreur ?
>> Policiers armés hors service : ce qu'il faut savoir
>> Les policiers, cibles privilégiées des terroristes depuis 2012

"Au-delà du policier en uniforme, c’est aujourd'hui à sa famille que ces lâches s’en prennent", a également commenté Yves Lefebvre d'Unité police SGP-FO, demandant que "tout soit mis en oeuvre" pour éviter "de tels actes". A ce titre, les organisations représentatives des policiers ont demandé que l'anonymat des membres des forces de l'ordre soit mieux préservé dans les médias et les procédures.

Valls veut calmer le jeu

"Je voudrais dire l'indignation qui est la mienne face aux propos qui sont tenus depuis des semaines à l'égard des policiers, dont on a vu à quel point ils paient un lourd tribut", a souligné sur France 2 ce mardi soir le ministre de l'Intérieur, alors que les policiers ont été accusés de violences lors des manifestations contre le projet de loi travail.

EN SAVOIR + >> Qui sont les deux policiers tués ?

Interrogé sur la possibilité de mesures de sécurité supplémentaires, le Premier ministre, Manuel Valls, a pour sa part fait valoir que "des mesures ont déjà été prises pour la protection des policiers". "Nous n'allons pas adopter à chaque fois une nouvelle mesure".

A LIRE AUSSI
>> 
EN DIRECT : suivi l'enquête minute par minute
>> 
Notre portrait de Larossi Abballa, l'auteur présumé de l'attentat

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Covid-19 : 12.096 personnes hospitalisées dont 2191 en soins critiques

Les discothèques refermées 4 semaines : "complètement disproportionné", réagit le monde de la nuit

Covid-19 : protocole renforcé à l'école, fermetures des discothèques... Le point sur les nouvelles mesures sanitaires

Covid-19 : pourquoi les enfants sont devenus le "moteur de l’épidémie" ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.