Les PV routiers ont rapporté 2 milliards d'euros en 2017, un record

Les PV routiers ont rapporté 2 milliards d'euros en 2017, un record

PV - La Cour des Comptes a épluché les dépenses et les recettes liées au contrôle de la circulation sur les routes. Les recettes ont explosé de 9% en 2017 pour atteindre près de 2 milliards d'euros. Une bonne nouvelle pour les caisses de l'Etat même si l'institution financière pointe quelques dérèglements concernant l'affectation de cet argent perçu.

Les amendes pour infractions routières rapportent gros : 1,97 milliards d'euros exactement pour l'année 2017. Une hausse de 9% en un an, qui s'explique largement par le développement des radars automatisés. Qu'ils contrôlent la vitesse, le respect des feux tricolores ou des passages à niveaux, les amendes qui en ont découlé représentent un peu plus d'un milliard d'euros (+10%).

Lire aussi

Une bonne affaire pour le gouvernement qui espère encore augmenter ces gains l'année prochaine. Objectif : 400 millions d'euros de plus. Le passage à 80km/h sur les routes secondaires dès le mois de juillet pourrait y aider, tout comme la poursuite des contraventions pour "non-désignation des conducteurs", qui visent principalement les véhicules de société (depuis le 1er janvier 2017, les chefs d'entreprise ont l'obligation légale de dénoncer leurs salariés "flashés") ou encore l'arrivée de radars mobiles privés.

En vidéo

Les voitures radars sont-elles légales ?

Une juste utilisation des recettes ?

La manne financière générée par ces contraventions doit normalement être affectée à la lutte contre l'insécurité routière. Sauf que là, le compte n'y est pas, selon la juridiction financière. Car si les importantes recettes sont directement liées à la baisse de mortalité sur les routes en 2017 (-1,2% - une bonne nouvelle), le nombre de blessés hospitalisés est, lui, en hausse (+1,8%). Surtout la cour des Comptes révèle "des dépenses sans lien avec la sécurité routière". 438,8 millions d'euros ont ainsi été affectés au désendettement de l'Etat.

Le délégué interministériel à la Sécurité routière a profité d'un déplacement en Corrèze ce mercredi pour défendre le gouvernement. "L'argent des radars automatiques va, dans son immense majorité, à la Sécurité routière et à l'entretien des routes ou à leur amélioration", affirme Emmanuel Barbe. Il estime que c'est le cas pour 91% des recettes perçues, mais le représentant joue un peu sur les mots. L'argent des radars automatiques ne prend pas en compte l'ensemble des recettes. 

Emmanuel Barbe a précisé ce matin, au micro de RTL, qu'il fallait bien prendre garde à distinguer les recettes tirées de la verbalisation pour infraction aux règles de stationnement de celles issues des excès de vitesse. Et d'en conclure que 91 % des recettes des radars automatiques sont bien consacrés à la lutte contre l'insécurité routière. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vaccination : il y a désormais "une décorrélation entre les hospitalisations et les diagnostics", affirme Olivier Véran

EN DIRECT - Covid-19 en France : le nombre de contaminations près de 50% plus haut que mardi dernier

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 9e, le Japon en tête

L'huile essentielle de lavande considérée comme toxique ? L'inquiétude des producteurs dans la Drôme

Covid long : alors que la France est "en retard", le Royaume-Uni s'est emparé du problème

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.