L’été 2015, presque aussi caniculaire que 2003

L’été 2015, presque aussi caniculaire que 2003

DirectLCI
COQUILLAGES ET CRUSTACES - Il n’est pas encore terminé, mais il a été chaud, très chaud. L’été 2015 est d’ores et déjà en deuxième place des épisodes caniculaires les plus importants, après la vague de chaleur meurtrière de 2003.

La France vient de traverser le second été le plus chaud de son histoire. Si l’épisode caniculaire de l’année 2003 a fortement marqué les esprits, l’été 2015 - pas encore terminé, certes - n’est pas loin de battre des records .

Au mois d’août, notamment, on a pu relever un 38,7 à Strasbourg et jusqu’à près de 40 degrés dans la capitale. Des températures largement supérieures à la canicule de 2006, mais encore en dessous du fameux été 2003, très meurtrier.

Une surmortalité de 7%

Cette année-là, on se souvient qu’environ 15.000 décès supplémentaires avaient été enregistrés, par rapport à une période sans canicule, soit une surmortalité de 55 %. Un chiffre énorme, qui ne s’est plus reproduit depuis.

Pour le mois de juillet 2015, nous savons que les fortes chaleurs ont entraîné une surmortalité de 7 % par rapport à l’année précédente. Une mortalité "limitée" pour la ministre de la Santé Marisol Touraine. Les bilans du mois d'août devraient permettre de confirmer cette observation.

EN SAVOIR + >> 700 morts de plus début juillet : "On a appris à lutter contre les effets de la canicule"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter