L'extrême droite s'en va-t-en guerre contre le rappeur Black M, choisi pour chanter aux commémorations de Verdun

L'extrême droite s'en va-t-en guerre contre le rappeur Black M, choisi pour chanter aux commémorations de Verdun

PAS CONTENT - Le maire de Béziers a lancé une fronde sur Twitter, demandant l'annulation du concert prévu pour les commémorations de Béziers… parce que le chanteur retenu est un rappeur, Black M, ancien de Sexion d'assaut. Des élus FN abondent dans la même direction.

Il a l'air de vouloir lancer un nouveau hasthag sur twitter : #annulerBlackM #Verdun. Depuis mardi, Robert Ménard, le maire de Béziers, suivi d'élus FN, est parti en guerre contre une nouvelle cible. Cette fois-ci, c'est Black M, chanteur de rap, ancien du groupe Sexion d'assaut. Problème, pour le maire de Béziers : c'est lui qui a été retenu pour chanter pour les cérémonies du centenaire de Verdun .

Et ça, Robert Ménard ne peut pas le concevoir. Il a lancé l'attaque mardi soir sur Twitter, via une série de tweets rageurs.

Rap = "reflet d'une réécriture de l'histoire de France"

Pourquoi cette haine du rappeur ? Tout simplement, parce que, selon le maire de Béziers qui s'en est expliqué au Lab, le rap symbolise l'immigration, et ne" saurait représenter toutes les jeunesses de France". "Cette idée d'un concert de rap est bien le reflet d'une réécriture de l'histoire de France que met en place l'idéologie de gauche depuis des années sous la pression des lobbys immigrés", indique-t-il. Plus particulièrement, il accuse Black M d'avoir des paroles de chansons antisémites.

Il demande à François Hollande "de renoncer à cette provocation. Je demande à tous ceux dont un ancêtre est mort dans cette guerre de protester contre cette profanation de la mémoire et, symboliquement, ce viol de l'histoire. Il y a des limites au supportable que la France française peut accepter." 


 

Le maire de Béziers n'est pas le seul a avoir réagi de la sorte. De nombreux élus Front national (FN) à l'image du maire d'Hénin Baumont, Steeve Briois abondent dans la direction de Robert Ménard. "Dans la chanson "Désolé", ce même "Black M" qualifie la France de "pays de kouffars", terme très péjoratif signifiant "mécréant", utilisé dans la propagande anti-occidentale de Daesh", estiment de leurs côtés Marion Maréchal-Le Pen et le sénateur des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier dans un communiqué.  

Booba se moque

Il y a un an, dans une interview au magazine Charles, l'élue frontiste confiait pourtant être  fan de rap et de Sexion d'Assaut . Le rappeur Booba n'a pas manqué de se moquer de Marion Maréchal-Le Pen sur Twitter.

"Ce n'est ni l'Etat, ni le gouvernement, ni le président de la République qui ont choisi tel ou tel chanteur", explique de son côté le secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants, Jean-Marc Todeschini.  "C'est une polémique lancée par l'extrême droite", a-t-il ajouté, soulignant que "dans la Grande Guerre des gens de tous les continents, toutes les couleurs de peau et toutes le religions sont venus combattre pour notre liberté".

A LIRE AUSSI >>  Le rappeur Black M choisi pour chanter lors du centenaire de la bataille de Verdun

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Covid-19 : confinement prolongé jusqu'au 4 octobre en Nouvelle-Calédonie

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

La mystérieuse disparition d'une jeune instagrameuse met les Etats-Unis en émoi

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.