Pyrénées-Atlantiques : polémique autour de deux réunions pour "accompagner les personnes à tendance homosexuelle"

Pyrénées-Atlantiques : polémique autour de deux réunions pour "accompagner les personnes à tendance homosexuelle"
SOCIÉTÉ

POLÉMIQUE - Plusieurs associations de défense des droits LGBT se sont insurgées de la tenue de plusieurs réunions publiques dans les communes de Bayonne et de Pau. Les événements, organisés par le diocèse local, proposent d'accompagner "les personnes à tendance homosexuelle".

L'annonce a fait bondir les associations LGBT. Le "Diocèse des Pyrénées-Atlantiques" organise les 7 et 8 mars prochain des réunions pour "accompagner des personnes à tendance homosexuelle" à Pau et Bayonne. Comme le révèle le journal Sud-Ouest, c'est l'abbé Louis-Marie Guitton, délégué épiscopal pour la famille du diocèse de Fréjus-Toulon et membre du mouvement Courage, qui doit animer ces réunions. 

Le collectif Courage, né aux Etats-Unis, propose "d’aider ceux qui sont attirés par les personnes de même sexe, ainsi que leurs proches" grâce à la chasteté. Mais, comme le rappelle l'association LGBT Arcolan Bascos dans un communiqué de presse, ce collectif est régulièrement pointé du doigt pour l'organisation de "thérapies de guérison" de l'homosexualité. 

C'est une initiative qui tend à diffuser l'idée que l'homosexualité est une déviance et un écart à la norme qu'il conviendrait de corriger- Association Arcolan Bascos

Face à la tenue de ces réunions, les associations de lutte contre les discriminations LGBT sont rapidement montées au créneau. Dans un communiqué publié mardi 27 février, SOS Homophobie a dénoncé un événement pouvant "créer un sentiment de culpabilité - chez les personnes homosexuelles - relatif à leur orientation sexuelle ou à leur identité de genre". "Elles peuvent entraîner une diminution de l’estime de soi, l’isolement de la personne concernée et peut donner lieu à des tentatives de suicide", ajoute l'association qui réclame l'annulation de ces réunions.

L'association locale Arcolan Bascos dénonce de son côté une "initiative qui tend à diffuser l'idée que l'homosexualité est une déviance et un écart à la norme qu'il conviendrait de corriger". Et d'abonder : "Nous sommes clairement face à une offensive des milieux catholiques identitaires [...] qui cherchent à reprendre la main pour imposer leur point de vue ultra-conservateur".

Saisie d'une mission interministérielle

SOS Homophobie a demandé au diocèse ainsi qu'à la Conférence des évêques de France l'annulation de ces évènements et ajoute avoir saisi la mission interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (Miviludes).

Le diocèse au cœur de la polémique a indiqué à Europe 1 "n'avoir aucun commentaire à faire". L'organisateur, Louis-Marie Guitton, a de son côté affirmé s'adresser "à ceux qui veulent suivre le Christ" sans forcer personne.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Emmanuel Macron va prendre la parole mercredi à 20h

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Éventuel "reconfinement" : comment le gouvernement a changé de discours en quelques semaines

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent