Liberté de la presse en France : "Les médias sont ce que les citoyens en font"

Liberté de la presse en France : "Les médias sont ce que les citoyens en font"

Société
DirectLCI
INTERVIEW – Un sondage Ifop pour metronews et Reporters sans frontières donne un nouvel éclairage sur la liberté de la presse. Christophe Deloire, secrétaire général de RSF depuis 2012, en a fait son cheval de bataille. Il décrypte pour nous cette étude, qui place le lecteur comme principal garde-fou des médias libres.

Dans ce sondage Ifop, les risques d'attentats apparaissent comme la principale menace à la liberté de la presse. Révélateur, selon vous ?
Tout à fait. Les Français voient bien que la liberté de la presse est devenue une problématique mondiale. Avant, ce qu'on écrivait dans un pays était lu ...dans ce pays. Maintenant, il y a des conséquences à l'autre bout du monde. Bien sûr, c'est dû au développement des nouvelles technologies. Mais ça signifie aussi que le monde a un œil ouvert sur le reste du monde. Ce qui se passe en Syrie ou Yémen a un impact direct pour nous. De la même manière, les moyens de propagande et de communication sont mondialisés, eux aussi, et c'est à cette échelle que la presse agit.

Aux yeux des Français, les pressions du pouvoir politique semblent mettre à mal l'indépendance des médias. Qu'en pensez-vous ?
J'en pense que c'est un résultat plutôt positif. Cela signifie que les citoyens formulent la revendication d'une plus grande indépendance des organes de presse, d'une exigence plus importante, aussi. Et c'est vrai que pour l'heure, la France est très loin dans le classement mondial de la liberté de la presse (39eme place sur 180 pays, ndlr) Contrairement aux pays d'Europe du Nord où le pluralisme et la culture démocratique sont très forts, en France, les conflits d'intérêts pèsent énormément dans le traitement de l'actualité.

EN SAVOIR+ >> Attentats terroristes : Principale menace à la liberté de la presse pour 47 % des Français

Pour 32% des personnes interrogées, les pressions religieuses sont un frein à la liberté de la presse. Une vision juste de ce qui se passe en France ?
A mon sens, les pressions religieuses sont surestimées dans ce sondage. Certes, ce résultat est une réponse au sentiment que le blasphème est devenu une notion risquée, notamment après les attaques contre Charlie Hebdo. Mais c'est flagrant que les Français donnent beaucoup moins d'importance aux pressions économiques exercées sur les médias (22% des Français considèrent que les pressions exercées par les grandes entreprises sont une menace à la liberté de la presse, ndlr). Or selon moi, c'est une menace à prendre tout aussi au sérieux. D'ailleurs, la directive sur le secret des affaires, discutée par le Parlement européen, ne place plus cette problématique au seul niveau national.

LIRE AUSSI  >>  Diane, journaliste burundaise en exil : "On ne m'a pas cousu la bouche"

Alors selon vous, quel est meilleur garde-fou de la liberté de la presse ?
Comme la majorité des personnes interrogées dans ce sondage, je pense que ce sont les citoyens eux-mêmes. Le lectorat a une vraie influence. Ceux qui ont l'habitude de lire ou d'écouter la presse réclament toujours plus leur indépendance. En fait, les journalistes et les médias sont ce que les citoyens en font. Et aujourd'hui, alors qu'une bonne partie de la masse d'informations est sponsorisée par l'intérêt, notre société a besoin de cette fonction essentielle des journalistes qui est celle de collecter des informations de la manière la plus neutre possible. Les citoyens ont besoin de cette confiance dans la presse, qui doit rester le plus pluraliste possible.

A LIRE AUSSI >> Christophe Deloire : "L'influence de Reporters sans frontières est réelle à l'étranger"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter