Loire : le maire de Lorette retire son arrêté anti-voile et anti-burkini pour la baignade

Loire : le maire de Lorette retire son arrêté anti-voile et anti-burkini pour la baignade
SOCIÉTÉ

Toute L'info sur

La polémique autour du burkini

POLÉMIQUE – Le maire de la commune de Lorette a fait savoir qu’il retirait son arrêté anti-burkini et anti-voile autour d’un bassin de baignade. Cette décision avait suscité l’indignation d’associations qui avaient saisi la justice.

La polémique a eu raison de l’arrêté du maire de Lorette. Gérard tardy (DVD) a fait savoir par son avocat samedi soir, qu’il retirait son arrêté interdisant le voile et le burkini autour d'un bassin de  baignade communal. Quatre associations avaient saisi la  justice et demandé des explications à la préfecture. Parmi elles, le Collectif contre  l'islamophobie en France (CCIF) et la Ligue des droits de l'Homme (LDH) ou  encore l'Association d'aide administrative, sociale et de lutte contre les  discriminations (ADASLCD). Le  tribunal administratif de Lyon devait statuer lundi sur la validité juridique de cet arrêté.

Les associations crient victoire. "La pression que nous avons exercée concomitamment devant les tribunaux a été efficace" explique dans un communiqué cité par France Bleu la Maison des Potes, qui réclame désormais des sanctions contre le maire de la commune. 

Affiché à l'entrée de ce plan d'eau, depuis son ouverture le 24 juin dernier, l'arrêté de Gérard Tardy, n’avait pas été soumis à l'approbation du  Conseil municipal. Il proscrivait "(...) monokini, burkini, voile dissimulant  partiellement ou totalement le visage, combinaison". Il était accompagné d'un pictogramme représentant la tête d'une femme vêtue  d'un voile, barrée d'un trait rouge.     

Voir aussi

Plainte pour discrimination

Saisi d'une plainte pour "discrimination" par la Fédération nationale  Maison des Potes - Maison de l'Egalité, le procureur de la République de  Saint-Etienne, Jean-Daniel Regnauld, a déclaré à l'AFP qu'il effectuerait "une  analyse juridique fine et poussée de la situation", avant de décider d'ouvrir  ou non une enquête.

En vidéo

Le burkini à la plage, une interdiction qui fait des vagues

Dans le cadre de l'exercice du contrôle de la légalité, le préfet de la  Loire, Evence Richard, a écrit vendredi pour sa part au maire de Lorette pour  lui demander de "préciser les fondements juridiques de certaines  interdictions". En fonction de la réponse, il a indiqué à l'AFP se réserver le  droit de saisir également la justice administrative. Quant au porte-parole de  la Grande mosquée de Saint-Etienne, Aldo Oumouden, il a jugé "dangereuse au  plan social" cette nouvelle initiative du maire de Lorette.

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent